Les hypothèses sur l’origine du COVID-19 divergent depuis son émergence à la fin de l’année dernière. Entre une manipulation purement humaine et une mutation naturelle, les preuves vacillent et les débats s’intensifient.

Publicité

Bien que les données sur son point de départ soient mitigées, la communauté scientifique soutient que celui-ci n’est pas le fruit d’une création en laboratoire. De plus en plus d’évidences tendent en faveur de cette proposition, mais il reste difficile pour les chercheurs de corriger les fausses informations. 

Une création en laboratoire impossible

Certains représentants américains approfondissent leurs quêtes sur une origine « artificielle » du SRAS-CoV-2. Le spécialiste en immunologie Nigel McMillan explique qu’aucune technique de biologie moléculaire ne permet d’effectuer les manipulations observées dans l’ARN du virus. 

Publicité

Afin d’identifier le processus de la mutation dangereuse que nous connaissons actuellement, une étude antérieure sur le génome du germe a analysé les fragments responsables de la liaison aux récepteurs (RBD). 

Les changements présents dans cette partie de la protéine de pointe et son épine dorsale indiquent qu’il ne s’agit pas d’une manœuvre en laboratoire.

De plus, la comparaison des séquences nucléotidiques avec celles des souches de coronavirus précédentes montre une origine naturelle de cette nouvelle version, selon l’immunologue Kristian Andersen de Scripps Research.

Publicité

D’autres hypothèses suggèrent que le germe a fuité de l’Institut de virologie de Wuhan : d’après le Washington Post, les responsables de l’ambassade des États-Unis ont rapporté des problèmes de sécurité dans l’établissement en 2018. Ce dernier aurait même conservé un virus de chauve-souris, qui s’apparente au COVID-19.

laboratoire
Caractéristiques des protéines de pointe dans le SARS-CoV-2 humain et les autres coronavirus/K.Andersen

Des origines encore controversées

Le germe dit « RaTG13 » est actuellement le parent connu du dernier coronavirus, et a été découvert dans la ville chinoise de Yunnan. Les recherches montrent qu’il y a 50 ans d’évolution entre les deux molécules.

Il est à noter toutefois que les virus ont une capacité de mutation tout à fait naturelle, et ceci a lieu aussi bien chez les hôtes animaux, humains, ou les cultures en laboratoire. Bien qu’il soit difficile d’en déterminer l’origine, les scientifiques spéculent sur une provenance animale. 

Publicité

Maintenant, il s’agit de préciser si cela s’est produit avant ou après sa transmission à notre espèce. 

Pour sa part, Shi Zhengli, Responsable des recherches sur les coronavirus de chauve-souris au WIV, a expliqué qu’il n’existe pas de concordance entre le COVID-19 et les populations virales de l’établissement. 

virus non créé en laboratoire
Shi Zhengli à la chasse aux coronavirus/WIV

Quoi qu’il en soit, les experts ne sont pas surpris face à ce fléau. Anthony Fauci, Directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, avait déjà averti sur cette inévitable pandémie de COVID-19 — à l’image du SRAS et du MERS — qui allait faire ravage à travers la planète. 

Finalement, des manipulations politiques peuvent être à l’origine de la circulation de fausses idées, et il est important de vérifier ses sources et la fiabilité des informations durant cette crise sanitaire mondiale. 

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

  • Comment se fait il que pas de covid a pekin ou Shanghai??
    Moi je pense qu on nous ment depuis tres longtemps.
    Tous ces laboratoires qui fabriquent des armes bacteriologique pourquoi .ces guerres stupide Irak Syrie etc…ces industries pharmaceutiwues qui eliminent de la circulation des pillules pas cher cf tenormin proloid etc… etc..

  • >