Mufid Majnun/UNSPLASH

Les efforts visant à maîtriser la pandémie de COVID-19 tout en permettant un retour à une vie plus ou moins normale sont délicatement équilibrés – et une nouvelle recherche suggère qu’il faut accorder plus d’attention aux effets à long terme du virus pour les patients qui ont dû être placés dans des unités de soins intensifs (USI).

Une analyse de 246 patients admis en soins intensifs aux Pays-Bas alors qu’ils étaient atteints du COVID-19, et dont l’âge moyen était de 61 ans, a montré que près des trois quarts (74,3 % d’entre eux) éprouvaient encore des problèmes physiques 12 mois après leur visite à l’hôpital.

Il s’agit d’un autre rappel du risque d’un COVID long — avoir des symptômes importants causés par le coronavirus longtemps après que la maladie initiale soit passée. Selon des recherches antérieures, plus de 200 symptômes sont associés à cette maladie, et cela montre l’importance d’une surveillance à long terme des effets du COVID-19.

« Cette étude montre l’impact incroyable d’une admission en soins intensifs sur la vie des anciens patients COVID-19 », explique la chercheuse principale Marieke Zegers, du centre médical de l’université Radboud aux Pays-Bas.

« Même après un an, la moitié d’entre eux sont fatigués ou éprouvent un manque d’énergie pour reprendre pleinement leur travail ».

La plupart des personnes ont fait état de problèmes physiques, 38,9 % d’entre elles affirmant se sentir encore plus faibles un an après le COVID. Les problèmes de santé mentale ont été mentionnés par 26,2 % des participants, tandis que 16,2 % ont cité des problèmes de cognition (tels que des problèmes de mémoire et de capacité d’attention).

Claudia Wolff/UNSPLASH

Les problèmes physiques mentionnés par les participants à l’étude comprenaient des douleurs, une faiblesse musculaire et un essoufflement. En ce qui concerne les problèmes mentaux, environ un sur cinq a fait état de sentiments d’anxiété ou de stress post-traumatique.

On ne sait pas encore grand-chose des effets à long terme d’un cas grave de COVID-19 — la pandémie ne dure que depuis deux ans — mais il semble clair que pour beaucoup de personnes, des problèmes permanents correspondent aux mêmes types de symptômes à court terme.

« Les symptômes post-USI peuvent être répartis dans les domaines physique, mental et cognitif et sont associés à une augmentation de la mortalité à un an, à une augmentation des coûts des soins de santé et à une diminution de la qualité de vie », écrivent les chercheurs dans leur article publié.

Les scientifiques disposent d’un nombre croissant d’informations pour comprendre le COVID-19, notamment les réactions des patients au syndrome de détresse respiratoire aigüe (SDRA), qui, dans les cas graves, affecte les personnes de la même manière que le COVID-19.

La maladie de longue durée a également des répercussions au-delà des patients primaires, sur les amis et la famille qui peuvent s’occuper de ceux qui restent malades dans une certaine mesure, ainsi que sur les employeurs. L’étude a révélé que 57,8 % des personnes interrogées qui avaient un emploi avant d’avoir COVID-19 étaient toujours en arrêt maladie ou travaillaient à temps réduit un an plus tard.

Bien que l’étude ait certaines limites — elle repose sur le fait que les volontaires ont rapporté leur propre état et leurs symptômes, plutôt que sur un diagnostic clinique — elle met en évidence des raisons de s’inquiéter de la façon dont les gens peuvent continuer à souffrir du COVID-19 longtemps après la fin de leur séjour à l’hôpital.

« Il est important de connaître l’évolution à long terme de l’état des patients atteints de COVID-19 qui ont été traités en soins intensifs afin de leur fournir des soins adéquats et un suivi adapté à leurs besoins cliniques », écrivent les chercheurs.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>