Brittany Colette/Unsplash

Les personnes souffrant d’allergies alimentaires semblent présenter un risque moindre d’infection par le SRAS-CoV-2

Depuis le début de la pandémie, les chercheurs s’efforcent de déterminer qui est le plus exposé au SRAS-CoV-2, et pourquoi.

Aujourd’hui, une nouvelle étude de population menée par the National Institutes of Health (NIH) a mis en évidence un curieux avantage du coronavirus pour les personnes allergiques.

Dans une analyse portant sur plus de 4 000 personnes vivant dans des foyers comprenant des mineurs, les chercheurs ont noté plusieurs tendances curieuses en termes d’infection par le SRAS-CoV-2, notamment le fait que les personnes souffrant d’une allergie alimentaire étaient deux fois moins susceptibles d’être infectées.

Ces résultats concordent avec ceux d’autres recherches récentes, selon lesquelles les conditions allergiques, comme l’asthme, pourraient offrir une certaine protection contre les cas graves de COVID-19.

Dans le même ordre d’idées, la nouvelle étude des NIH a montré que l’asthme n’était pas lié à un risque accru d’infection par le SRAS-CoV-2, bien que l’asthme soit une maladie qui affecte le système respiratoire.

En revanche, l’obésité et un indice IMC élevé étaient des facteurs qui augmentaient le risque d’infection par le SRAS-CoV-2, tout comme l’âge des enfants et des adolescents partageant le même espace de vie.

Mais le résultat concernant les allergies alimentaires pourrait être la découverte la plus remarquable.

« L’association observée entre l’allergie alimentaire et le risque d’infection par le SRAS-CoV-2, ainsi qu’entre l’indice de masse corporelle et ce risque, mérite d’être étudiée de plus près », déclare Anthony Fauci, Directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases.

Louis Reed/Unsplash

Les chercheurs ne savent pas exactement pourquoi les allergies alimentaires semblent rendre les gens moins vulnérables au SRAS-CoV-2, mais quelques explications sont possibles.

La moitié des participants à l’étude ont déclaré avoir reçu un diagnostic d’allergie alimentaire, d’asthme, d’eczéma ou de rhinite allergique. Ces déclarations ont ensuite été confirmées par un sous-ensemble d’analyses sanguines, qui ont révélé la présence d’anticorps liés aux maladies allergiques.

Les chercheurs ont ensuite suivi la propagation du SRAS-CoV-2 dans les foyers des participants de mai 2020 à février 2021.

Les personnes souffrant d’eczéma et d’asthme n’ont pas montré de vulnérabilité supplémentaire au virus, mais elles ne semblaient pas non plus être plus protégées.

Les personnes souffrant d’allergies alimentaires, quant à elles, présentaient un risque d’infection par le SRAS-CoV-2 inférieur de 50 %.

Toutes les formes d’asthme ne sont pas atopiques (c’est-à-dire hautement allergiques), et des études antérieures ont montré que seules les personnes souffrant d’asthme atopique présentent des niveaux plus faibles de récepteur ACE2 dans les voies respiratoires, auquel le CoV-2 se fixe.

Cela suggère que le virus n’a pas autant de moyens d’envahir les cellules des poumons des personnes souffrant d’allergies respiratoires.

Un phénomène similaire pourrait se produire chez les personnes souffrant d’allergies alimentaires, bien que les auteurs n’aient examiné que l’infection par le SRAS-CoV-2, et non la gravité de l’infection.

Jonathan Borba/Unsplash

« On ne sait pas si c’est également le cas chez les personnes souffrant d’allergies alimentaires, mais il est tentant de spéculer que l’inflammation de type 2, une caractéristique de l’allergie alimentaire, peut réduire les niveaux d’ACE2 dans les voies respiratoires et donc le risque d’infection », écrivent les chercheurs.

« À l’appui de cette possibilité, nous avons trouvé des niveaux significativement plus élevés d’atopie générale chez les personnes ayant déclaré une allergie alimentaire, par rapport aux personnes sans allergie alimentaire, et même aux personnes asthmatiques. »

Il est intéressant de noter que, si certaines études suggèrent que l’asthme allergique protège des cas graves de COVID-19, l’étude actuelle a montré que cet état ne protège pas de la contraction initiale du virus.

De plus, lorsqu’un participant souffrant d’asthme ou d’allergies alimentaires contractait le nouveau coronavirus, il n’était pas plus susceptible d’être asymptomatique.

D’autres recherches sont nécessaires pour démêler les mécanismes à l’origine de ces nouveaux résultats, mais les auteurs espèrent que leurs travaux pourront offrir de nouvelles pistes pour la prévention du COVID-19.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>