La pandémie que nous vivons aujourd’hui ne cesse de croître et atteint de plus en plus de personnes.

Publicité

Les souffrants sont donc tenus de rester chez eux pour éviter la contagion, et pendant leur période d’isolement, ces derniers doivent tout de même s’alimenter.

À ce propos, voici ce qu’il faut prendre en considération afin de ne manquer de rien. 

Une planification cruciale des repas

Selon Caroline West Passerrello, diététicienne et porte-parole de l’Académie de nutrition et diététique, une organisation à l’avance permet à toute la famille de bien se nourrir pendant des semaines.

En ce sens, deux autres expertes recommandent d’abord de procéder à un tri et de se défaire des vieux aliments, pour faire place aux produits essentiels.

« Commencez par évaluer rapidement votre garde-manger et votre congélateur et jetez tout ce qui a dépassé sa date d’expiration. Cela prend juste l’espace dont nous avons besoin pour les bonnes choses », a déclaré la diététicienne Brigitte Zeitlein.

Ensuite, il est préférable d’écrire au préalable une liste comprenant les principaux groupes d’aliments et de macronutriments nécessaires.

repas
Groupes d’aliments de base/Winnsboro Medical Clinic

En même temps, il serait également pratique de noter les repas facilement réalisables et qui peuvent être gardées au frais, sans oublier de toujours envisager des quantités supplémentaires lors de la préparation des portions.

Les experts conseillent de consommer les produits frais en priorité et laisser les approvisionnements de longue conservation en dernier.

« Utilisez d’abord ce que vous avez, pour ne rien gaspiller. Cela signifie autant de fruits, de légumes et d’aliments colorés que possible, ce serait le moment idéal pour cuisiner avec de l’ail et des oignons », a affirmé Passerrello, qui rappelle que ceux-ci favorisent le système immunitaire.

La vigilance est de mise

Le mieux est d’opter pour des repas à base de légumes frais et durables comme les oignons, les patates douces, les pommes de terre, mais aussi les agrumes.

En outre, il est essentiel d’être stratégique après l’utilisation des boîtes de nourriture, en tenant compte de la fréquence de leur ouverture, car plus il y a d’air qui y pénètre, plus le produit est susceptible de périmer rapidement.

En ce sens, il faut être particulièrement attentif aux éventuels signes de détérioration par le biais de nos sens, et ne pas hésiter à s’en débarrasser en cas de doute.

Toutefois, de nombreux aliments demeurent comestibles après la date de péremption inscrite sur l’étiquette, à l’exception de ceux en conserve.

« Les céréales ne seront peut-être pas aussi croquantes ou fraîches, mais ce ne sera pas mauvais pour vous. » a-t-elle expliqué.

En revanche, nous devons rester vigilants quant à nos apports en sodium, qui est utilisé pour conserver plus longtemps la majorité des produits. 

En effet, le sel en grande quantité dans l’organisme provoque une déshydratation qui peut conduire à certains troubles comme des étourdissements, de la fatigue et bien d’autres désagréments.

Ainsi, il suffit de rincer les aliments tels que les haricots en conserve et assimilés avant de les cuisiner, et veiller à s’hydrater en permanence.


Partagez l'article

>