La présentation est un élément très important en gastronomie. Une assiette bien décorée est toujours plus appétissante ; c’est un fait. Cependant, le côté esthétique de la nourriture aurait beaucoup plus d’effets sur les consommateurs que ce qu’on pensait. Effectivement, il semblerait que la beauté influence grandement nos impressions sur ce que nous mangeons, en matière de qualités nutritionnelles.

Publicité

Une nouvelle étude intitulée « Pretty Healthy Food : Comment et quand l’esthétique améliore la santé perçue » sur la manière dont l’attrait de la nourriture peut impacter sur l’idée que nous nous en faisons, paraîtra bientôt dans le Journal of Marketing. L’auteur Linda Hagen a mis la main sur un point très pertinent concernant notre relation avec le plaisir, l’utile et l’apparence.

Les gens ont tendance à penser que tout ce qui est joli et agréable est forcément sans intérêt pour la santé, par conséquent, plus un aliment est délicieux, plus il est malsain à leurs yeux.

Publicité

Par ailleurs, l’esthétique conventionnelle repose sur 3 piliers fondamentaux : la symétrie, l’ordre et les modèles systématiques qui sont largement représentés dans la nature. Cela implique que ces caractéristiques visuelles pures jouent un rôle très important dans notre appréciation de l’image globale de notre alimentation qui nous paraît alors plus saine que si elle était hideuse, toujours par rapport aux idéaux omniprésents dans notre environnement.

Hagen a mené des expériences plus approfondies pour déterminer si un plat répondant aux principes esthétiques classiques pouvait vraiment être perçu comme étant plus sain.

Public Domain/Pxfuel

Dans un premier test, des toasts à l’avocat de deux aspects opposés (certains étaient jolis, et d’autres moches) faisaient l’objet d’un test demandant aux participants de donner leurs avis sur les produits, toutefois décrits exactement de la même manière. Les réponses qualifiaient systématiquement le pain grillé à l’avocat plus joli, de « plus équilibré » contrairement à celui qui était laid.

Publicité

Lors d’une autre enquête sur le terrain, beaucoup de personnes n’ont pas hésité à choisir un poivron plus cher simplement parce qu’il était plus attrayant. D’autres ont désigné les aliments plus jolis comme étant pauvres en calories indépendamment de leur prix.

Ces résultats impliquent que les principes esthétiques classiques sont un nouveau facteur susceptible de véhiculer certaines propriétés très recherchées de nos jours parmi la population : la salubrité et le naturel.

Notons néanmoins que cela peut s’avérer complètement néfaste, si l’on considère que la beauté peut créer l’illusion d’un aliment nutritif et riche alors qu’il ne l’est pas en réalité. Ce qui se répercuterait évidemment négativement sur le consommateur qui aura pris une mauvaise décision.

Publicité

L’homme ne cesse de payer le prix cher pour un jugement basé uniquement sur l’apparence, pourtant souvent trompeuse et pas seulement en matière de nourriture !


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>