La fin de l’univers est une chose qui a longtemps intrigué les physiciens et les scientifiques. De nombreuses théories ont émergé, décrivant des scénarios possibles d’accidents cosmiques, ou encore une extinction du Soleil.

Publicité

Une étude récente a évoqué une dernière série d’explosions, dont l’éblouissement fait suite à une obscurité totale, l’univers tombe alors en dormance. Ces désintégrations sont appelées « supernovas naines noires ». La façon dont les étoiles disparaissent diffère selon leur masse et le type de matériaux qu’elles produisent. Les astres dont la taille dépasse de 10 fois ou plus celle du Soleil, explosent telles des supernovas, et finissent en trous noirs pour certaines.

L’extinction des plus petites se caractérise par la formation d’une petite masse dense, dite naine blanche, laquelle va s’obscurcir et se transformer en une coque gelée pour devenir une naine noire. Cette différence est due au fait que les étoiles de taille réduite ne produisent pas de matériaux lourds lors de la fusion de leur noyau.

Publicité

En fait, les naines noires n’ont jamais eu d’incidence dans l’univers, les chercheurs supposent qu’elles seront justement la dernière chose qui aura lieu avant la fin du monde cosmique, laissant place à un vide total, où les températures tournent autour du zéro absolu.

NASA

Une recherche s’est intéressée à la façon dont ces dernières libèrent enfin leur lumière dans des explosions en supernovas. Ces dernières se forment d’abord par fusion pycnonucléaire, processus quantique qui favorise plus de rapprochements entre les noyaux atomiques que dans une naine blanche. Ainsi, il y a formation de fer, dernier élément créé par fusion. Ces amas de métal sont également ce qui provoque des supernovas à effondrement de cœur chez les plus grands astres.

Afin d’illustrer la lenteur du phénomène, Matt Caplan, auteur de l’étude, et physicien à l’Illinois State University, explique que le Soleil fusionne 10^38 protons/seconde. Convertir une naine noire en fer par fusion pycnonucléaire, prendra 10^1100 et 10^32 000 années. 

Publicité

À la suite de cette fusion, le corps noir sera détruit par sa propre masse, provoquant une destruction impressionnante et libérant ainsi les couches externes de ce qui reste de la coque d’étoiles. Cependant, cela ne concerne que les naines noires dont la masse fait entre 1,16 et 1,32 fois la celle du Soleil, elles-mêmes créées à partir d’étoiles spécifiques, faisant de 6 jusqu’à 10 fois la taille de la naine jaune.

Caplan explique par ailleurs que ces corps ne représentent que 1 % de la totalité des étoiles, mais que les estimations sont de 1 billion de supernovas avant la fin de l’univers. De plus, selon les scientifiques, les masses noires sont plus petites que celles que nous connaissons dans l’univers actuel, mais cela n’empêche pas des supernovas tout aussi spectaculaires. Après cela, l’espace sera plongé dans une obscurité éternelle et glacée.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

  • La fin de l’univers. Notre vie, notre existence, la vie elle même n’est qu’une vaste blague. Tous nos actes n’ont aucune utilité car tout aura une fin, notre monde seras mort bien avant la destruction de l’univers. Et toutes l’histoire de la vie sur terre ne seras qu’un gain de poussière sans importance dans l’immensité de l’univers. La vie n’a aucun sens n’y aucune utilité.

  • ca sera tellement étendu que les particules d’énergies seront éloignées les unes des autres. C’est pour ca qu’il dit « s’approchant du 0 absolu ».

  • >