Microsoft, dans le cadre de l’optimisation de ses appareils, a créé un système ingénieux afin de rendre une chambre totalement silencieuse et d’y faire des essais sonores. 

Publicité

L’oreille humaine peut capter des fréquences allant aussi bas que 0 décibel. Un chuchotement en produit 30, la respiration normale 10 dB, alors que la collision des molécules de l’air serait 24 dB au-dessous de la moyenne. 

À quelques décibels près, cette chambre nous permettrait d’entendre ces bruits, puisqu’elle bat le record mondial du Orfield Laboratories, à Minneapolis (-9,4 dB).

Publicité

En effet, la fréquence minimale au sein de cette pièce atteint les -20,6 dB.

Pour arriver à accomplir cet exploit, l’équipe a mis deux années à confectionner cette pièce silencieuse.

Le résultat est assez impressionnant : un cube dont chaque côté fait 6,36 m, recouverts de morceaux de mousse faisant chacun 1,2 m afin d’assurer une isolation optimale.

Publicité

Les visiteurs curieux doivent passer par une série de six portes avant d’accéder à la fameuse pièce.

Ces murs d’environ 30,5 cm permettent d’éliminer les bruits les traversant. L’expérience est, pour le moins, unique.

Si un avion volait juste à côté du bâtiment où se trouve cette chambre, on n’entendrait qu’un simple murmure depuis l’intérieur.

Publicité

En contrepartie, les sons les plus infimes deviennent parfaitement audibles : la respiration, la circulation sanguine et même le craquement que font nos os lorsque nous bougeons. 

silencieuse
Entrée de la chambre silencieuse/Microsoft

La réaction des gens est très variable, rapporte LeSalle Munroe, Directeur de l’ingénierie électrique au sein de l’entreprise.

Alors que certains n’y restent que quelques secondes, car beaucoup trop déstabilisés par tous les nouveaux sons qu’ils arrivent à percevoir, d’autres pensent qu’au contraire, être capable de se concentrer sur ces derniers aurait un effet relaxant sur leur personne.

En dehors de l’aspect ludique de l’expérience, Microsoft a construit cette pièce afin de tester et optimiser les futurs produits électroniques qu’elle compte mettre sur le marché.

Publicité
silencieuse
Analyse des sons électroniques/Microsoft

La procédure consiste à écouter les bruits que ces objets émettent. Puisqu’aucun autre son n’est perceptible à l’intérieur de ce coffre-fort, Munroe discerne le bruit le plus infime que feraient les composantes des différents appareils testés.

Ils sont à la recherche des vibrations qui pourraient devenir agaçantes à la longue et être inconfortables pour les utilisateurs.

De cette manière, ils y remédient avant de les commercialiser. 

Publicité

Même chose pour les claviers, sur lesquels ils effectuent plusieurs essais pour trouver le matériau, la forme et la pression exacts qui produiraient le son souhaité.

Des microphones sont également mis à l’épreuve, afin d’assurer la meilleure qualité audio aux clients.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>