L’isolement social est causé par un certain nombre de facteurs physiques ou psychologiques comme des conflits familiaux, un handicap ou une période de chômage par exemple. 

Publicité

Quelles que soient les raisons, cela peut conduire à des problèmes de santé plus ou moins graves allant de certaines maladies cardiovasculaires à la démence ou la dépression. 

Un groupe de chercheurs est parvenu à trouver le lien entre l’isolement social et l’inflammation à long terme. Pour établir cette corrélation, ils ont réuni toutes les études préalablement publiées sur les deux conditions.

Contre toute attente, les résultats obtenus ont démontré que les personnes solitaires présentaient des taux élevés d’inflammation, avec la présence de protéine C réactive et de fibrinogène. 

La première constitue un bon indicateur d’inflammation. Lorsqu’elle est décelée à de hauts niveaux, cette protéine est associée à un mauvais état de santé.

Quant au second marqueur, il a pour effet d’augmenter la coagulation sanguine et sa détection est également en rapport à un risque accru de détérioration physique au fil du temps. 

l'isolement social
Effets de l’inflammation sur les processus sociaux/NCBI

Le fait d’être isolé socialement entraîne un profond sentiment de stress, qui lui-même a un impact immédiat sur le système immunitaire. Cette découverte va dans les deux sens, dans la mesure où un individu qui souffre d’inflammation peut vivre reclus sans aucun contact extérieur.

Cela peut s’expliquer par des difficultés de déplacements, des malformations ou encore des addictions à l’alcool. 

Les scientifiques derrière cette étude précisent qu’en réalité, les phénomènes d’exclusion et d’inflammation ne sont pas directement liés. Selon eux, le corps humain réagit différemment au stress face à la solitude. 

Tous les experts s’accordent cependant à dire que les personnes repliées sur elles-mêmes exposent leur organisme à une réponse inflammatoire améliorée. 

Pour une meilleure compréhension des conséquences du repli sur soi sur la santé générale, il faut analyser de nombreux facteurs de risques psychologiques, biologiques et sociaux. Ces éléments concernent principalement le bien-être mental, la pression artérielle, le soutien familial ou communautaire. 

Une spirale infernale est ainsi engagée, emprisonnant le patient qui peut malheureusement le mener vers une issue fatale. C’est pourquoi il est important d’en prendre conscience pour en sortir rapidement.


Partagez l'article

>