D’innombrables espèces d’insectes ont été découvertes à travers les siècles, et l’Homme ne cesse d’en découvrir chaque jour.

Allant de la plus inoffensive à la plus dangereuse, les espèces d’araignées sont aussi diversifiées que nombreuses. 

D’ailleurs, vous devriez faire attention, une espèce récemment découverte pourrait être particulièrement dangereuse si toutefois elle parvenait à vous mordre..

Une espèce endémique du Mexique

Une nouvelle espèce d’araignée a été découverte dans la vallée du Mexique — un plateau montagneux au centre du pays où se trouve Mexico. 

Une équipe de chercheurs de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) a surnommé l’araignée Loxosceles tenochtitlan en référence à Tenochtitlan, l’ancienne capitale de l’empire aztèque.

Les Loxosceles sont en fait le groupe d’espèces auquel appartient l’arachnide, elles sont aussi appelées araignées recluses, araignées violon, araignées brunes, violons ou faucheurs.

Ces créatures sont particulièrement réputées par leurs piqûres, bien qu’elles ne soient pas mortelles, elles n’en restent pas moins extrêmement venimeuses, pouvant engendrer une nécrose cutanée capable de pourrir la peau et dont la cicatrice est définitive.

Le Mexique abrite environ 40 des 140 espèces d’araignées Loxosceles identifiées jusque là, ce qui en fait l’endroit dont la diversité de ce groupe est la plus grande au monde, selon l’équipe de l’UNAM.

D’ailleurs, l’espèce dernièrement identifiée est la première considérée autochtone de la région de la vallée du Mexique. D’après Alejandro Valdez-Mondragón et son équipe de l’Institut de biologie de l’UNAM, des enregistrements de Loxosceles tenochtitlan existaient déjà. 

Ceux-ci étaient supposés représenter l’espèce déjà connue : Loxosceles misteca des États mexicains de Morelos et Guerrero. Dans un communiqué,  Alejandro déclare que les chercheurs pensaient que cette espèce a été introduite dans la région par le transport de plantes ornementales, étant donné les similitudes morphologiques avec Loxosceles tenochtitlan.

Ensuite, des études de biologie moléculaire ont finalement révélé que ces deux races d’araignées étaient totalement divergentes.

L’araignée nouvellement identifiée Loxosceles tenochtitlan. UNAM

Effectivement, les différences morphologiques sont observables chez les deux espèces, le motif dorsal en forme de violon est très visible chez Loxosceles tenochtilan comme l’indique leur nom.

Aussi, ces dernières peuvent être identifiées grâce à leur couleur brun foncé qui n’est pas frappante par rapport aux autres espèces existantes dans le pays.

La distinction se fait également au niveau des palpes — organe tactile des arachnides-  de l’araignée mâle et les organes sexuels chez les femelles, très distincts.  

Une créature pas si éloignée que ça

Ces araignées vivent généralement dans des coins cachés et loin du contact humain, comme les entrepôts ou les ordures. Elles se nourrissent d’insectes présents dans ces endroits tels que les cafards, les mouches et les cochenilles.

On les retrouve également dans les maisons, réfugiées entre les vêtements, les meubles ou les murs. Ceci n’est pas étonnant puisque leurs conditions de vie y sont réunies, à savoir la température, l’humidité et la nourriture. 

Toutefois, il n’est pas nécessaire de paniquer, ces araignées ne s’approchent pas de l’homme et ne mordent pas spontanément, sauf dans le cas où elles se sentent menacées.

Bien que le fait de se nourrir d’insectes soit une fonction écologique importante, leur cohabitation avec les hommes nous expose néanmoins assez souvent à des accidents.


Partagez l'article

  • >