Lorsque le désert égyptien était encore une immense étendue d’eau, il y a environ 40 millions d’années, il abritait des créatures colossales de l’ordre des Sirenia. Selon les chercheurs, ces animaux marins, proches des lamantins et des Dugong, communément appelés « vaches de mer » avaient vécu dans cette partie de l’orient vers la fin de l’Éocène.

Publicité

L’étude, présentée en ligne le 13 octobre dernier, a en effet examiné le fossile d’un ancien Sirenia, qualifié d’unique en son genre, étant le seule découvert dans ce site nommé « formation de Beni Suef ». L’annonce a été faite lors de la conférence annuelle de la Society of Vertebrate Paleontology, exceptionnellement virtuelle cette année, en raison de la crise sanitaire actuelle.

Le spécialiste des vertébrés de l’Université du Caire, Mohamed Korany Ismaïl Abdel-Djawad, a révélé que le squelette, comprenant des vertèbres, des côtes et des os des membres, trouvés l’an dernier, indique que le spécimen était un adulte.

Fragment de vertèbres fossilisées appartenant à l’ancien Sirenia.
Mohamed Korany Ismail Abdel-Gawad
Contenu sponsorisé

Par ailleurs, cet animal était d’abord établi sur terre avant de plonger dans les profondeurs de l’océan. Et le plus ancien jamais connu était « Pezosiren portelli », datant de 50 millions d’années. Son anatomie très particulière (des membres arrière propre aux habitants terrestres) lui a valu la caractéristique « semi-aquatique ».

Publicité

Abdel-Djawad et ses collègues ont cependant affirmé que le mammifère à tendance herbivore a fini par se reconvertir définitivement à la vie marine, en perdant ses membres postérieurs, et en développant des nageoires à la place des membres de devant.

Ils ont ajouté que d’après le mode de vie de Sirenia, privilégiant les eaux marines côtières, il est désormais clair que le désert égyptien était autrefois un milieu d’une profondeur plutôt superficielle. Notons que ces fossiles sont très répandus dans le pays, notamment au Fayoum, du côté occidental du Caire. Les ossements récemment trouvés sont d’ailleurs issus de l’ère où vivaient les Dugongidae, également identifiés sur le même site.

On peut aussi les rencontrer en Afrique de l’Ouest, qui est de nos jours sujette à des vagues de sécheresse aiguë. On parle notamment de la Libye, de la Somalie, du Togo et de Madagascar.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>