Les astronomes sont intrigués tant par la disparition de galaxies entières, que par le fait que leurs étoiles ne se forment plus dans les régions les plus extrêmes de l’univers.

Publicité

Actuellement des scientifiques Canadiens sont en train d’étudier, grâce à « l’enquête Virgo Environnement Traced in Carbon Monoxide », comment l’environnement peut exterminer une galaxie.

Pour cela, ils utilisent l’un des plus grands télescopes du monde avec l’aide d’une équipe de 30 experts qui travaille sur le projet.

Voilà de quoi il s’agit

En fait, les chercheurs essaient de cartographier le gaz hydrogène moléculaire à partir duquel sont fabriquées de nouvelles étoiles, en se servant du tableau Atacama Large Millimeter Array (AlMA). Ce carburant est nommé le Virgo cluster.

En 2013, l’Europe, les États-unis, le Canada, le Japon, la Corée du Sud, Taiwan et le Chili se sont associés pour mettre en place l’un des plus grands programmes d’études astronomiques au sol.

Ces partenaires ont utilisé AlMA, le télescope à longueur d’onde millimétrique le plus avancé à l’heure actuelle, pour étudier les nuages de gaz froid dense, à partir desquels se forment les nouvelles étoiles. Il s’agit d’un ensemble de paraboles radio connectées à une altitude de 5000 mètres dans le désert d’Atacama, au nord du Chili.

VERTICO a pour objectif de découvrir les mécanismes d’extinction qui stoppent la formation d’étoiles et la manière dont ils le font.

Pour cela, il est important de savoir où vivent les galaxies et comment elles interagissent avec leur environnement et entre elles. Même s’il est encore trop tôt pour dire ce qui donne à cet environnement le pouvoir de contrôler la vie et la mort de ces galaxies, il a été établi que c’est cette interaction qui peut éteindre leur formation d’étoiles.

Une image prise par le télescope Hubble de NGC 4639, d’une galaxie dans la constellation de la Vierge. NASA.

Comment une galaxie peut-elle mourir ?

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’une galaxie meurt lorsque son carburant pour la formation des étoiles est éliminé par le plasma intergalactique dans ce qu’on appelle le décapage de la pression des vérins.

Publicité

L’objectif de la collaboration VERTICO est de pouvoir assembler les empreintes laissées par ces processus sur les gaz de formation des étoiles, afin de comprendre comment les amas provoquent des modifications dans les galaxies. Cela constitue un pas positif vers la résolution du mystère.

Le Virgo Cluster est le groupe de galaxies massives le plus proche qui soit en formation. C’est pourquoi il tout à fait l’endroit indiqué pour cette recherche. Cela permettra aux scientifiques d’analyser le blocage des galaxies en amas et de voir les différentes étapes de leur cycle de vie.

Bien que l’équipe ait réussi à observer ces galaxies, ils n’ont cependant pas pu voir les gaz de formation des étoiles. Dans ce sens, ALMA a fourni les données nécessaires pour expliquer ce qui tue les galaxies dans les environnements extrêmes et en déterminer la façon.

Il est clair que notre compréhension de l’évolution des galaxies dans les régions les plus denses de l’univers connaîtra une avancée certaine, mais nous avons encore beaucoup de choses à découvrir dans ce domaine !


Partagez l'article

  • >