Lorsqu’il est question de désinfecter des surfaces, des aliments ou encore une blessure, nous savons tous que l’alcool est notre meilleur allié, car il agit efficacement contre tout type de bactéries et autres virus. 

Publicité

Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, ses différentes concentrations ont différents usages. S’il en existe plusieurs, c’est bien pour une bonne raison après tout…

En effet, la concentration la plus forte n’est pas forcément la plus efficace. La Professeure en microbiologie de l’Université Simmons à Boston Elizabeth Scott explique que le pourcentage d’alcool varie selon la quantité d’eau que contient la solution. Plus il y’en a, moins l’alcool est fort. 

Elle affirme que l’alcool à 70° est plus approprié dans certains cas. La raison est simple : un alcool à 90 ou 91° est parfois trop puissant.
De ce fait, il ne détruit que la membrane externe de la cellule, avant même d’arriver au germe en lui-même.

L’eau est alors l’ingrédient miracle. E. Scott illustre ses propos et détaille l’opération en ajoutant que « lorsqu’il est plus dilué, ses particules jouent le rôle d’intermédiaire afin de permettre à l’alcool de pénétrer la cellule et l’exterminer entièrement. »

Renateko/Pixabay

Il est intéressant de noter que tous les virus et bactéries ne réagissent pas de la même façon. Pendant que toutes sortes de bactéries meurent au contact de l’alcool, les virus, eux, ont des comportements différents. 

Selon la concentration de la solution alcoolisée, le virus est désactivé ou non. À 60° ou plus, il est efficace que contre les virus à enveloppe (la grippe, le VIH ou le COVID-19). Un gel hydroalcoolique devrait donc suffire. 

Les norovirus en revanche, ne seront pas réactifs à n’importe quel degré d’alcool. Il agirait par contre pour l’éliminer des mains ou surfaces sans le tuer. Continuer alors à utiliser des désinfectants à base d’alcool est fortement recommandé pour prévenir la maladie.

Par exemple, après avoir coupé de la viande, passer un coup de chiffon imbibé d’alcool à 70° sera le choix le plus pertinent afin de détruire toutes traces d’E. coli, ou de salmonella.

D’un autre côté, si l’on veut simplement nettoyer ses meubles, 60 devraient être suffisants.

Les habitudes et gestes d’hygiène doivent faire partie intégrante du quotidien : se laver les mains pendant au moins 20 secondes en faisant attention à bien les frotter, faire régulièrement le ménage dans l’environnement dans lequel on vit et bien désinfecter sa nourriture peut nous éviter une potentielle contamination, surtout si quelqu’un de notre entourage est malade.


Partagez l'article

>