Notre environnement regorge de mystères insolubles qui ont échappé aux scientifiques pendant des années. La faune terrestre étant déjà menacée par le changement climatique, la chasse et le déclin des habitats naturels, elle doit en plus, faire face à d’autres sources de danger.

Publicité

En effet, les autorités ont annoncé ce lundi, l’étrange décès de centaines d’éléphants, dans le delta de l’Okavango au Botswana, suite à un empoisonnement aux cyanobactéries.

Ces « algues bleues », poussant dans des casseroles ou cours d’eau, ont causé la mort inexpliquée de plus de 300 pachydermes, depuis mars 2020, selon Mmadi Reuben, vétérinaire au département de la faune et des parcs nationaux. Il a ajouté que depuis le séchage des casseroles, au début de cet été, il n’y avait pratiquement plus de victimes. Cela élimine l’hypothèse impliquant des braconniers, d’autant plus que les cadavres avaient toujours leurs défenses sur eux.

Publicité
Pixabay

Ainsi, cette région africaine abritant près de 130 000 éléphants, a connu ses premières pertes en avril dernier, à proximité du village Seronga et cela n’a fait qu’empirer, quelques semaines plus tard. Les 330 cas ont été diagnostiqués comme liés à des neurotoxines fabriquées par un type de cyanobactéries.

Après analyse sanguine des échantillons prélevés sur place, effectuée en Afrique du Sud, au Canada, au Zimbabwe et aux États-Unis, toute responsabilité humaine a été écartée. Pour sa part, Cyril Taolo, Directeur adjoint du Département de la faune et des parcs nationaux, affirme que les investigateurs sont certains que ces évènements déplorables sont accidentels et n’ont strictement rien à voir avec l’activité humaine.

Par ailleurs des études sont en cours sur les circonstances entourant la bactérie pour déterminer l’ampleur du danger auquel sont confrontés les éléphants, qui vivent principalement des racines et de l’écorce de plantes comme le baobab.

Publicité

Ce genre d’incident nous interpelle sur la nécessité de mettre un véritable dispositif, visant à protéger cette espèce et bien d’autres des nombreux risques qui les guettent.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>