Si les livres sont un amas de papier pour certains, ils constituent une véritable passion pour d’autres. Collecter les éditions originales de livres est une sensation que seuls les amateurs pourraient expliquer, peut-être même que c’est leur définition de la fortune.

Publicité

Encore faut-il savoir reconnaître les perles rares. Un expert en la matière fait part de ses conseils les plus précieux. 

Une touche du passé

Actuellement, il n’existe au monde que trois ou quatre éditions de l’œuvre « Animal Farm » de George Orwell. Comme la rareté fait la cherté, la valeur de la perle s’élève à 145 000 euros.

Publicité

Afin d’en savoir davantage sur les prix exorbitants de certains ouvrages, la journaliste Amelia Murray se rend dans un magasin de livres rares à Londres. 

Selon M. Pom Harrington, propriétaire de la librairie, ceux qui investissent dans les bouquins sont d’anciens collectionneurs de titres simples, pour lesquels ils ont développé une passion. 

L’état du livre et sa rareté sont des éléments cruciaux. Les éditions initiales sont souvent les plus estimées, le premier tirage étant généralement de petite taille.

Publicité
livres
Amelia Murray / ©Georgie Gillard

Lors d’une vente aux enchères Bonhams en 2017, une première publication de « Harry Potter et la pierre philosophale » de J.K. Rowling a été cédée à près de 127 000 euros.

D’après le Dr Philip Errington, spécialiste au Département du livre de Sotheby’s, le nombre de manuscrits qui allaient être mises à disposition du public n’était pas encore connu par les industries, et c’est pourquoi les prix des exemplaires ont considérablement augmenté avec le temps.

Concernant l’état des livres, ceux-ci doivent être propres, non marqués et couverts de leur jaquette. M. Harrington conseille ceux de Roald Dahl et Agatha Christie pour les débutants, dont les prix, plutôt abordables, varient entre 35 et 60 euros.

Publicité

La valeur des livres

Il est difficile de prédire les tendances des années à venir lors de l’achat d’une oeuvre originale. En effet, l’appréciation pour le travail de l’illustratrice Kate Greenaway s’est vue chuter ces 20 dernières années alors que les romans de James Bond, Charles Dickens, Ian Fleming et Shakespeare demeurent des valeurs sûres et intemporelles.

Suite au krach financier de 2008, l’intérêt pour les livres d’économie a connu une certaine recrudescence : une première édition de John Keynes datant de 1936 pesait 3 600 euros en 2007 avant d’atteindre les 15 000 euros un an plus tard.

livres
From Russia with love d’Ian Fleming / Université de l’Indiana

Les franchises cinématographiques peuvent également impacter l’image des écrits. Ainsi, les prix des exemplaires de Philip Pullman ont augmenté avant la sortie du film The Golden Compass en 2007, mais se sont rapidement effondrés suite à son échec.

Publicité

Afin d’avoir plus de visibilité, il est conseillé de s’approvisionner dans des salons de livres rares ou chez des marchands expérimentés plutôt qu’en ligne. Notons que les signatures ou les inscriptions ajoutent beaucoup de valeur à l’œuvre, s’il ne s’agit pas de contrefaçons.

Laura Suter, analyste des finances personnelles au AJ Bell, déclare qu’il ne faut cependant pas y bloquer beaucoup d’argent étant donné l’avenir incertain du marché, au risque de perdre gros.

Enfin, l’entretien est d’une importance primordiale : les ouvrages gardés à la maison doivent être bien conservés, dans un endroit sûr, sec et à l’abri de la lumière du jour.

Publicité

Partagez l'article

>