Depuis que le coronavirus a été déclaré, les gens sont gagnés par l’angoisse de se faire contaminer. Certains se montrent si prudents qu’ils évitent tout contact avec les étrangers et d’autres se sont mis en quarantaine, n’osant plus sortir de chez eux.

Publicité

Ils ne cessent de demander comment ils peuvent se protéger ou quelles précautions il faut prendre, surtout lorsqu’il s’agit de prendre l’avion…

Comment voyager en toute sécurité

Les experts de l’Université Emory conseillent aux passagers de s’asseoir près de la fenêtre s’ils veulent éviter d’attraper le coronavirus. Ils ont constaté qu’en se déplaçant dans les couloirs, on risquait plus de rentrer en contact avec les personnes infectées dans un avion.

Publicité

Cependant, être du côté de l’allée vous expose, certes, à plus de dangers, mais ne signifie pas que vous serez forcément atteint, car les rencontres sont vraiment courtes.

Quoi qu’il en soit, l’équipe ne peut pas se prononcer sur l’impact du coronavirus pendant un vol compte tenu du fait qu’on ne connait toujours pas ses modes de transmission. Tout ce que l’on peut dire, c’est qu’on peut le propager bien avant l’apparition des symptômes, et sans même savoir qu’on est malade.

On suppose aussi qu’il se déplace dans la salive et à travers les muqueuses des yeux. Cela signifie que le partage de couverts ou d’ustensiles ainsi que les baisers sont contre-indiqués.

Publicité

D’autres gestes préventifs sont à adopter, comme se laver les mains, utiliser un désinfectant ou ne pas s’approcher de ceux qui toussent.

Le virus qui s’était déclenché sur un marché alimentaire à Wuhan est en pleine propagation partout dans le monde. Il a fait au moins 2,236 morts et contaminé plus 75 000 personnes dans 21 pays. Les experts ont déclaré qu’il pourrait tuer jusqu’à 2 individus sur 100.

Les passagers avec des sièges hublot sont moins susceptibles d’être infectés. Howard Weiss / Pennsylvania State University

Un syndrome nouveau à ne pas négliger

On sait qu’il peut infecter aussi bien les animaux que les humains. Son nom vient du latin « corona », du fait de sa ressemblance avec la couronne royale.

Publicité

Unique en son genre, ce virus a été baptisé COVID-19. Il aura très certainement une définition plus détaillée une fois qu’on en saura un peu plus à son sujet.

En attendant, la population est très inquiète compte tenu de son caractère nouveau et que personne n’est immunisé contre celui-ci. De plus, il se propage à une vitesse effrayante. 

Après plusieurs spéculations, les spécialistes affirment que les serpents et les chauves-souris en sont probablement à l’origine.

Les patients atteints ont tendance à avoir le nez qui coule, à tousser, à avoir mal à la gorge en plus d’une forte fièvre.

Publicité

Hélas, si la plupart s’en remettent sans problème, les personnes âgées ou souffrant de maladies chroniques peuvent attraper une pneumonie et y laisser leurs vies.

D’après Emily Landon, de l’Université de Chicago Medicine, aucun traitement n’a encore été découvert et personne n’est à l’abri de cette épidémie.

Les National Institues of Health et la Baylor University de Waco seraient en train de travailler sur un vaccin, mais cela risque de prendre énormément de temps.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>