Depuis son apparition, le coronavirus ne cesse de se propager, infectant plus de 88 000 personnes en Chine, et au-delà.

Publicité

Ayant touché plus de 60 pays à travers la planète, il a bouleversé l’économie mondiale et provoqué des mesures strictes de la part de certains gouvernements.

Aujourd’hui, la panique est à son comble : personne ne sait exactement quelles proportions cela pourrait prendre et nous ignorons si les précautions adoptées seront suffisantes pour contenir cette situation en pleine dégénérescence.

Publicité

Des conséquences alarmantes

Pour le moment, si aucune victime de moins de 10 ans n’a encore été signalée en France, la prolifération du virus est de plus en plus effrayante : l’Afrique subsaharienne, l’Arménie, la République tchèque et l’Allemagne ne sont que le début de l’avancée du COVID-19. Il a même pu s’installer en Équateur, au Luxembourg et en Irlande.

Les premiers cas de décès aux États-Unis et en Australie ont été enregistrés ce weekend, alors qu’en Chine, le nombre d’infections a augmenté de 573 depuis dimanche. La Corée du Sud, l’Iran et l’Italie ne sont pas épargnés non plus.

Dans son intervention, le vice-président Mike Pense a nié le fait que la réaction de l’administration américaine aurait été trop lente, tout en saluant l’efficacité de la mise en quarantaine des citoyens rapatriés de Chine et du Japon.

Publicité

Selon le CDC, des résidents et employés d’une maison de soins infirmiers à Washington ont été hospitalisés pour une pneumonie de cause inconnue, d’autant plus que ces personnes n’ont pas été en contact avec le germe ni voyagé à l’étranger.

Par ailleurs, les répercussions de cette dangereuse expansion pourraient s’avérer plus complexes qu’on ne le croyait, notamment de graves retombées sur l’économie internationale.

Déjà, la bourse des États du Golfe a connu une sérieuse chute qui a porté un coup presque fatal à ses transactions. La Chine a, elle aussi, été sensiblement éprouvée par le gel de ses usines.  

Publicité
Ahn Young-joon/AP/SIPA

Des restrictions très sévères

Parmi les dispositions prises à titre préventif, on peut citer la fermeture du Louvre, en France, suite au refus du personnel d’ouvrir le musée. Cette directive a irrité les nombreux touristes qui n’avaient pas été avisés.

Dans ce sens, les autorités comptent interdire tout rassemblement excédant les 5000 citoyens, annuler des services religieux dans certaines régions et fermer des écoles. Paris n’accueillera donc pas le semi-marathon prévu pour dimanche.

France
Ludovic Marin/AFP

De son côté, l’Italie, qui semble avoir subi plus de dommages que ses voisins européens avec 1000 cas d’infections et 29 décès, a décidé de débourser 3,6 milliards d’euros pour venir au secours des secteurs les plus accablés par ce fléau.

Publicité

Elle a même ordonné le report de 5 matchs de la série A, dont la rencontre Juventus-Inter de Milan.
Par ailleurs, les organisateurs ont dû annuler le Qatar MotoGP, qui devait se tenir le 8 mars prochain.

À l’heure où la Chine affirme avoir les choses bien en main malgré les statistiques et que les Sud-Coréens ont déserté les lieux publics, d’autres vivent dans l’angoisse de contracter le nouveau coronavirus à tout instant.

Publicité

Partagez l'article

>