L’épidémie du coronavirus qui touche la Chine depuis bientôt 4 mois et demi a déclenché un vent de panique un peu partout dans le monde. Les autres pays d’Amérique, d’Europe et surtout d’Asie sont en train de prendre des mesures préventives draconiennes afin d’éviter une contamination de leur population. 

Cette peur est-elle vraiment justifiée ? Quelle est la gravité réelle de ce nouveau virus et quel est son niveau de contagion ? Les autorités fait état de 4000 morts et 111 000 personnes touchées.

En France, en Australie, aux États-Unis, en Italie et dans bons nombres de régions asiatiques et du reste du monde, des milliers de cas ont également été détectés et des centaines de morts confirmées.

Université John Hopkins

Communément appelé COVID-19, ce dernier fait partie de la famille des coronaviridae qui réunit plusieurs types de virus, dont deux mortels : le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). 

Le premier a touché plus de 8000 individus et a provoqué la disparition de près de 800 d’entre elles en 2002. Le second a tué plus de 800 personnes en 2012 sur 2500 contaminés.

Concernant COVID-19, il a déjà fait plus de victimes que le SRAS et le MERS réunis. Cependant, son taux de mortalité n’a même pas atteint les 2,1 %, tandis qu’il était de l’ordre de 9,5 % lors de l’épidémie de 2002 et de plus de 34 % pour le MERS.

épidémie de coronavirus
Alissa Eckert / CDC

D’après ce qu’a rapporté un groupe de scientifiques chinois dans The Lancet, les symptômes du coronavirus sont très similaires à ceux du SRAS. Une forte fièvre, une toux persistante ainsi que des difficultés respiratoires sont les principales manifestations du virus. 

Les 41 personnes infectées étudiées dans ce rapport avaient une moyenne d’âge de 49 ans et s’étaient toutes rendues à l’endroit identifié comme étant la source de l’épidémie, à savoir le marché de Wuhan.

Pour ce qui est du niveau de transmission du COVID-19, chaque individu souffrant contamine 2,6 autres selon des chercheurs du Collège impérial britannique. Cela signifie qu’il est plus contagieux que la grippe saisonnière, qui elle, possède un taux de reproduction de 1,5 par personne malade.

Pour se prémunir de ce syndrome à priori mortel, notamment chez les immunodéprimés ou les malades chroniques, il faut se laver les mains très régulièrement et ne jamais se toucher le visage et le nez dans les lieux publics.

De plus, les autorités appellent les professionnels de la santé à mettre en quarantaine toute personne suspectée d’être infectée par le coronavirus. 


Partagez l'article

>