À toute règle, une exception qui la confirme : tous les mots ne prennent pas un « s » au pluriel, le ciel n’est pas toujours bleu et la neige n’est pas toujours blanche !

Publicité

En effet, pour une raison assez insolite, l’Antarctique se vêtit de rouge sur ces magnifiques photos. Pour les amateurs de la nature, ces prises sont de vraies petites perles…

La neige de sang 

En 1996, le ministère des Sciences et de l’Éducation ukrainien révèle au monde la première image de Galindez, une île Argentine, teintée de rouge. C’est une découverte pour le moins somptueuse. 

Cependant, c’est un photographe de la Vernadsky Station (anciennement connue sous le nom de la British Fraday Station) qui est à l’origine de ce cliché. Il l’a vendu par la suite à l’Ukraine pour la maudite somme de 1 £ (1,19 euro). 

neige
©Ministry of Science Ukraine / EAS

La neige de sang est également appelée « rose » ou « de pastèque », notamment à cause de sa couleur et de la douce odeur qu’elle dégage et qui est assimilée par certains au fruit. 

Au-delà de l’aspect esthétique de ce phénomène, il y’a aussi une réalité scientifique. Les chercheurs ont constaté qu’une algue en était à l’origine. La Chlamydomonas nivalis rendrait les flocons rougeâtres. 

Cette plante est si résistante aux températures très basses, l’irradiation solaire et au manque d’aliments qu’on peut la trouver en Antarctique. 

neige
Chlamydomonas nivalis / ©Ministry of Science Ukraine / EAS

Lorsque le climat se fait plus chaud et qu’elle est à nouveau apte à se nourrir, elle produit des spores rouges qui, mêlées aux pigments naturellement verts que possèdent toutes les algues, donneraient cette couleur rosée à la banquise.

Le réchauffement climatique

Bien que ce soit un processus naturel de « défense » — car les algues produisent cette couche pour se protéger du soleil —, il contribue nettement au réchauffement climatique. 

Plus la neige brunit, plus vite elle fond. Cela est dû au fait que les couleurs plus sombres absorbent plus de lumière et donc de rayonnements qui sont source de chaleur : cela fait qu’elle va se liquéfier plus rapidement. Inévitablement, un cercle vicieux se crée. 

©Ministry of Science Ukraine / EAS

Plus elle se dissout, plus il y a de chaleur, et plus les algues se prolifèrent et lui donnent cette couleur foncée. Et ainsi de suite.

La revue Nature affirme que d’après de récentes recherches, le pourcentage de fonte s’élèverait à 13 % de plus par saison lorsque la glace est drapée de rose. 

Les images époustouflantes que nous détenons ne sont donc pas bon signe. Aussi belle qu’elle puisse être, la neige de pastèque est non seulement toxique et incomestible pour l’Homme, mais surtout dangereuse pour l’environnement. 


Partagez l'article

>