Lorsque l’on manque de temps, que l’on est fatigué ou tout simplement parce que l’on n’a pas envie de cuisiner, trouver un fast food ou un hypermarché pas loin de chez nous est l’idéal ; petits et grands sont toujours ravis de manger pizzas et sandwichs.

Bien que particulièrement goûteux, il faut savoir que s’ils sont aussi relevés, c’est parce qu’ils contiennent d’importantes quantités de gras, de sucre et de sel.

C’est pourquoi on dira que ces délices sont appelés malbouffe : terriblement bons, mais très nocifs pour notre santé !

Une consommation de sel à revoir

Deux repas issus de fast food comportent 6 grammes de sodium. Bien que l’apport en sel soit essentiel au bon fonctionnement de nos nerfs et nos muscles, les médecins rapportent que nous en abusons.

Le Centers for Disease Control suggère que les adultes ne devraient pas consommer plus d’une cuillère à café de sel par jour, mais ces recommandations sont très largement dépassées lorsque l’on sait que la moyenne quotidienne est d’une cuillère et demie à café.

Selon une étude menée par le Professeur Christian Kurts, l’excès de sodium peut affaiblir le système immunitaire en empêchant la régénération des bactéries et l’élimination des infections.

De ce fait, tout corps étranger peut s’introduire et causer des dommages potentiellement mortels.

Pour en arriver à cette conclusion, il s’est penché sur la réponse immunitaire face à la bactérie Escherichia coli présente dans le tractus urinaire de souris, responsable, entre autres, de la pyélonéphrite.

pyélonéphrite
Rein normal (gauche) et rein atteint de pyélonéphrite (droite)/Wikimedia Commons

Une étude probante

Ainsi, trois groupes de souris ont été testés. Après les avoir soumis à un régime comprenant une quantité différente de sel (respectivement 0,1 %, 0,3 % et 1,71 % de sodium), ils ont volontairement été infectés par E. coli. 

Les résultats ont démontré que l’échantillon de rongeurs qui avait reçu le plus de sel a produit 4 à 6 fois plus d’E. coli dans leurs reins, et que leurs neutrophiles — les globules blancs qui ont pour rôle de détruire les bactéries — étaient incapables d’éliminer l’infection, contrairement aux deux autres. 

sel
Neutrophile encerclant des bactéries pour les détruire/Ed Reschke

Ce test a également été effectué sur 10 personnes qui ont consommé 6 g de sel supplémentaire quotidiennement pendant une semaine.

Après avoir injecté E. coli dans leurs prélèvements sanguins, les chercheurs ont, sans surprise, constaté exactement la même chose.

« Un régime riche en sel supprime un type important de cellules immunitaires, les neutrophiles, qui nous défendent contre les bactéries. » affirme Kurts.

C’est pourquoi en mangeant moins salé, nous protégeons notre organisme des infections, de la pression artérielle élevée et des complications cardiaques.


Partagez l'article

>