fbpx

Combien d’œufs faut-il manger par jour, d’après une récente étude


Combien d’œufs faut-il manger par jour, d'après une récente étude - sante-et-medecine, nourriture, maladies - Vitamine, vie, viande, Université Northwestern, santé, Risque, Revue médicale, recommandations, Œuf (cuisine), Œuf (biologie), nourriture, Médecine préventive, Maladie cardio-vasculaire, Insuffisance cardiaque chez l'humain, Élevage, danger, consommation, Cholestérol, alimentation, Activité physique, Accident vasculaire cérébral
Annie Spratt/Unsplash

Longtemps débattus par les médecins et chercheurs pour leur taux de cholestérol élevé, les œufs font pourtant partie des aliments les plus nutritifs de la planète.

Seulement, il n’est pas assez de dire que ce produit, qui est à la portée de tous, est riche en vitamines, car il est bien trop souvent associé à des risques de santé majeurs.

Alors que des centaines d’études nous ont aujourd’hui prouvé les dangers liés à la consommation des viandes rouges et transformées, celles faites sur les œufs passent plus ou moins inaperçues. Mais, il serait peut-être temps d’ouvrir grand les yeux sur la question…

Une étude conséquente

Menée par le chercheur postdoctoral au département de médecine préventive de la Feinberg School of Medicine de la Northwestern University à Chicago, Victor Zhong, une étude publiée hier (le 15 mars 2019) dans la revue médicale JAMA a révélé que les personnes qui consomment 3 à 4 œufs par semaine ou bien un total de 300 milligrammes de cholestérol alimentaire (provenant donc des denrées animales) par jour ont un risque plus élevé de maladie cardiaque, en plus de voir leur espérance de vie raccourcir.

Pour arriver à cette conclusion, Zhong et son équipe ont examiné les données de six groupes d’étude américains comprenant plus de 29 000 personnes suivies pendant 17 ans et demi.

Au cours de la période de suivi, 5 400 évènements cardiovasculaires ont eu lieu, dont 1 302 accidents vasculaires cérébraux (avec et sans pertes humaines), 1 897 cas d’insuffisance cardiaque fatale et non fatale et 113 autres pertes dues à une maladie cardiaque.

Dans la même série de faits, 6 132 sujets ont perdu la vie d’autres causes.

L’analyse des données des chercheurs a montré que la consommation de 300 milligrammes de cholestérol alimentaire par jour (sachant qu’un œuf de 50 grammes en contient environ 186 milligrammes) était liée à un risque de maladie cardiaque plus élevé de 3,2 % et à un risque de disparition prématurée égal à 4,4 %.

Il n’y a pas que les œufs

Combien d’œufs faut-il manger par jour, d'après une récente étude - sante-et-medecine, nourriture, maladies - Vitamine, vie, viande, Université Northwestern, santé, Risque, Revue médicale, recommandations, Œuf (cuisine), Œuf (biologie), nourriture, Médecine préventive, Maladie cardio-vasculaire, Insuffisance cardiaque chez l'humain, Élevage, danger, consommation, Cholestérol, alimentation, Activité physique, Accident vasculaire cérébral
LisaRedfern, Pixabay

Les résultats incohérents des études faites antérieurement sur le sujet reposaient sur le fait que celles-ci ne tenaient pas compte d’autres facteurs, contrairement à la présente recherche.

 

« D’autres comportements malsains, tels que le manque d’activité physique, le tabagisme et une mauvaise alimentation ont été étudiés en parallèle. » affirment Zhong et ses co-auteurs.

Dans un éditorial publié en même temps que l’étude, le Docteur Robert H. Eckel de la faculté de médecine de l’Université du Colorado déclare que ce sujet était important aussi bien pour les médecins et patients que pour le grand public.

« L’association de la consommation d’œufs et du cholestérol alimentaire avec [les maladies cardiovasculaires], bien que débattue depuis des décennies, a été considérée plus récemment comme moins importante. », écrit-il (sans pour autant participer à la recherche).

Cependant, comparé aux premières analyses publiées, le nouveau rapport « est beaucoup plus complet, avec suffisamment de données pour affirmer avec force que la consommation d’œufs combinée au cholestérol alimentaire reste importante pour réduire le risque de [maladie cardiovasculaire], et plus encore, de mortalité toutes causes confondues. »

Victoria Taylor, une diététicienne de la British Heart Foundation, insiste sur ce lien en soulignant l’importance de pousser les recherches plus loin pour une meilleure compréhension.

« Les œufs sont un aliment nutritif et, bien que cette étude se concentre sur la quantité que nous mangeons, il est tout aussi important de faire attention à la façon dont les œufs sont cuits et aux ingrédients (ou plats) qui les accompagnent. » dit-t-elle à Science Media Centre, avant d’ajouter que « manger sainement est une question d’équilibre. »

Dans la même optique, Aisling Pigott, un porte-parole de la British Dietetic Association (qui n’a pas fait partie de l’étude) déclare en s’adressant à Newsweek : « Il n’y a pas de quantité sûre ou dangereuse […], mais j’aime bien dire qu’un œuf par jour est acceptable. »