La plante grasse est connue pour sa résistance aux conditions climatiques extrêmes, mais pour qu’elle dévoile toute sa beauté, cette dernière nécessite tout de même un entretien.

C’est ce qu’a fait cette jeune femme avec sa succulente pendant très longtemps, jusqu’à ce qu’elle découvre enfin la vérité…

Une plante pas vraiment grasse

La déception fut terrible pour cette mère au foyer de 24 ans lorsqu’elle s’est rendu compte que finalement, l’organisme végétal dont elle prenait soin chaque semaine pendant 24 mois était faux.

« C’est déchirant parce que c’était ma première succulente et je devais la garder en vie. » a confié Caelie Wilkes, la jeune maman vivant dans le nord de la Californie.

En effet, durant tout ce temps, cette dernière s’est impliquée personnellement en arrosant sa plante grasse avec précaution, et en veillant à interdire à tout le monde de l’approcher.

Ce n’est qu’au moment de la transplanter ailleurs qu’elle s’est aperçue qu’à la place de ses racines se trouvait en réalité de la mousse en polystyrène.

« J’ai mis tellement d’amour dans cette plante ! J’ai lavé ses feuilles. J’ai tout fait pour la garder sous son meilleur jour, et elle est entièrement en plastique ! » a-t-elle déclaré sur son profil Facebook. « J’ai l’impression que ces deux dernières années ont été un mensonge. »

Story time. I’ve had this beautiful succulent for about 2 years now. I was so proud of this plant. It was full,…

Publiée par Caelie Wilkes sur Vendredi 28 février 2020

Une histoire difficile à croire

La jeune femme a expliqué à toutes les personnes qui l’ont accusée de mentir qu’elle a été totalement honnête. Elle a également affirmé que la publication était destinée à ses proches, et qu’elle ne s’attendait pas à ce que son histoire devienne aussi virale.

« Les plantes succulentes n’ont pas besoin d’une importante quantité d’eau. C’était donc très probable de l’oublier et de ne pas s’en apercevoir. » a-t-elle précisé.

Effectivement, leur surnom « les chameaux du monde végétal » prend tout son sens. Leur pouvoir unique leur permet de consommer que très peu de liquide grâce à leurs grandes cellules qui facilitent son stockage.

Cette capacité à emmagasiner l’eau sur de longues périodes semble même évoluer dans de nombreux environnements à travers la planète d’après une étude publiée dans Current Biology.

En définitive, nul ne saura mesurer avec certitude le degré d’authenticité de cette expérience tant les gens sont en constante recherche de visibilité et de notoriété de nos jours.


Partagez l'article

>