La pluie de météores est un spectacle magique dont beaucoup se délectent chaque année. D’autres, au contraire, se plaignent de ne pas arriver à assister à ce spectacle. Faute de moyens ou de conditions météorologiques, cette vue n’est souvent pas offerte à tout le monde.

Publicité

Cette année cependant, les astronomes sont optimistes. En plus du ciel dégagé dont nous jouissons grâce à la baisse de pollution suite au confinement, la lumière émise par la lune ne sera pas un obstacle cette fois-ci. Toutes les conditions sont favorables pour avoir le meilleur champ de vision possible. 

En effet, le ciel va être particulièrement sombre, du fait que la date de la pluie de météores Lyrid 2020 coïncide avec celle de la nouvelle lune. Dans la nuit du 21 au 22 avril, nous allons assister à ce phénomène plus aisément que jamais. 

Une des particularités de cette pluie est qu’elle ne soit pas très brillante, comparée à d’autres comme les Perséides ou les Géminides. Et puisque le ciel est sombre, les conditions sont idéales pour optimiser la brillance de Lyrid. Il sera donc possible de voir ces météores traverser le ciel à l’œil nu, à partir de 0h40. 

Afin de savoir où regarder, les experts conseillent de repérer l’étoile la plus lumineuse de la constellation Lyra, dans un premier temps. À partir de là, les petits curieux pourront suivre le cheminement présenté par les spécialistes pour trouver ce qu’ils ont nommé le « radiant », en haut à droite de ladite étoile.

la pluie de météores
Recommandations pour détecter Lyrid 2020/Earthsky

De minuit jusqu’au lever du soleil, les habitants de l’hémisphère nord du globe auront la chance inouïe d’assister à l’une des plus vieilles pluies de météores qui existent. Lyrid va illuminer le ciel pour la 2700e fois cette année, à raison de 15 à 20 météores par heure.

Cette moyenne est plutôt faible comparée à d’autres événements similaires, mais elle n’en reste pas moins fascinante. Apparue pour la première fois en Chine ancienne en 687 av. J.-C., Lyrid continue à frôler l’atmosphère de la Terre en 2020.

D’année en année, les débris et la queue de la comète C/1861 G1 (Thatcher) se croisent avec notre planète, formant ainsi cette pluie de météores filant à travers notre ciel à 177 028 km/h, un spectacle à ne pas rater. 


Partagez l'article

>