Alors qu’il y a quelques mois encore, la société de consommation à laquelle nous avons tous cédé nous aveuglait, mère Nature a, non sans souffrance, rappelée l’Humanité à l’ordre.

Les milliards derrière lesquels nous courrions, les carrières que nous bâtissions au détriment de nos familles et le désir de possession qui nous animait tant ne peuvent rien contre un infime agent pathogène.

Aussi triste que les milliers de victimes qui ont succombé à la pandémie, il nous a fallu attendre le COVID-19 pour nous ramener à ce qu’il y a de plus humain en nous : l’entraide et le partage.  

Un Apple au secours 

Géant de l’électronique que l’on ne présente plus, la multinationale américaine a troqué la fabrication de ses iPhone et autres MacBook contre la confection de « boucliers » pour le personnel médical débordé par le torrent COVID-19.

Ainsi, pour aider les gouvernements à gérer la crise pandémique, le PDG d’Apple, Tim Cook, a récolté pas moins de 20 millions de masques chirurgicaux auprès de ses propres fournisseurs, qu’il a ensuite gracieusement distribués aux établissements hospitaliers américains dans le besoin.

Mais ce n’est pas tout : en plus de ce don, il a mobilisé la quasi-totalité de ses unités de production pour mettre au point des écrans faciaux transparents et rigides qui protègent la tête et le cou des agents de santé.

Apple
Unité de production au Texas/Apple

Constamment en danger face aux patients infectés dont ils prennent soin sans relâche, le moindre postillon ou contact trop rapproché avec un malade peut les contaminer à leur tour, ce qui rendrait la situation encore plus désastreuse qu’elle ne l’est déjà. 

C’est donc dans ce sens que Cook a eu l’idée de fabriquer et expédier par centaine ces écrans faciaux en kit entièrement composés de plastique. Faciles à assembler, il suffit de clipser la visière à la feuille translucide et de l’ajuster à la taille de son crâne.  

Un élan de générosité contagieux

Le personnel de l’Hôpital californien Kaiser a été le premier à les essayer. Approuvé par l’ensemble de l’équipe soignante, le géant de l’électronique s’est fixé comme objectif d’en livrer 1 million par semaine un peu partout à travers les États-Unis.

Il espère néanmoins pouvoir étendre ses expéditions vers le reste du monde dans un avenir proche. « Pour Apple, c’est un travail d’amour, de gratitude, et nous partagerons plus de nos efforts au fil du temps. » conclut Tim Cook. Devant cet élan de générosité, d’autres grandes entreprises ont suivi la même voie.

Suite à l’appel d’offre lancée par le Premier Ministre anglais Boris Johnson, — lui-même atteint du COVID-19 — la multinationale britannique Babcock, axée sur la sécurité et qui œuvre en étroite collaboration avec le Ministère de la Défense, s’est engagée à produire des milliers de respirateurs.

réanimation
Service de réanimation/AFP

Les services de réanimation du pays ne se désemplissant pas depuis le début de la pandémie, ces derniers se sont vite retrouvés en manque de matériel pour sauver la vie des cas les plus critiques.

« Nous sommes fiers d’avoir obtenu un contrat du Cabinet Office pour la fabrication de 10 000 ventilateurs Zephyr Plus, soumis aux approbations réglementaires », a annoncé le porte-parole de Babcock. En attendant la fin de ce fléau, espérons que nous ne perdrons pas ce sens de la solidarité mondial qui vient tout juste de s’éveiller.


Partagez l'article

>