Si le simple fait de contempler la Voie lactée en émerveille plus d’un à l’heure actuelle, imaginez l’effet que l’on peut ressentir si on pouvait en plus entendre les sons qu’elle produit.

Publicité

Si les différentes mythologies pensent que notre galaxie est une rivière céleste, les scientifiques s’accordent pour dire qu’il s’agit de bien plus.

Ainsi, les avancées en matière d’astronomie nous permettent alors aujourd’hui de pouvoir écouter les bruits qu’elle émet lors du mouvement de ses gaz et le résultat se veut surprenant…

Une idée de l’Université du Massachusetts

Mark Heyer, professeur à l’Université du Massachusetts au Département d’Astronomie a eu l’idée fabuleuse de nous faire découvrir le mouvement de la rotation de notre galaxie sous forme musicale en attribuant alors une note et un instrument de musique à chaque ligne d’émission.

Pour ce faire, le professeur Hayer a dû cartographier 20 ans de données astronomiques en graphiques visuels pour ensuite les convertir en sons.

Ainsi, le mouvement du gaz de la Voie lactée a été transformé en sons pour nous permettre alors de vivre une expérience nouvelle : entendre notre galaxie bouger.

Ingénieux et particulièrement original, le professeur a alors attribué un instrument de musique différent à chaque phase de gaz de notre galaxie.
Il faut comprendre que la gaz interstellaire comporte trois types de gaz différents : le gaz atomique, le gaz moléculaire et le gaz ionisé.

Sur la bande-son qu’il a ainsi créée, le gaz moléculaire est représenté par un wood-block ainsi qu’un piano, le gaz atomique par une basse acoustique et le gaz ionisé par un saxophone.

Dans la même optique, il a alors attribué une série de notes aigües au gaz qui se déplace vers notre planète et graves lorsque le gaz s’en éloigne.

Ce procédé a alors donné naissance à une mélodie aux sonorités étrangement blues et jazz qui porte le nom de « Milky Way Blues »

Quand la Voie Lactée en fait rêver plus d’un

Si le travail musical du professeur Hayer est complexe et particulièrement bien pensé, il faut savoir que ce concept n’est pas nouveau.

Ainsi, de nombreux astronomes se sont déjà intéressés aux sons que pouvaient produire notre galaxie et cette théorie avait déjà été avancée par Pythagore aux alentours de 530 av. J.-C. connue sous le nom de Musique des sphères ou Harmonie des sphères.

L’idée qu’un lien étroit unit notre galaxie à la musique a également intéressé le mathématicien et astronome allemand Johannes Kepler au XVe siècle dans son traité Harmonices Mundi que l’on peut traduire du latin par « l’Harmonie du Monde » dans lequel il décrit alors nos planètes comme un chœur où la planète Mars serait un ténor, Saturne et Jupiter un duo de basses et où Vénus et la Terre seraient deux altos.

Dernièrement, en 2014, Domenico Vicinanza, scientifique et musicien a procédé à la sonification de près de 36 ans de données astronomiques sur la base de rayons cosmiques.

De même, l’astronome turc Burak Ulaş a composé en 2015 un morceau de musique qu’il a appelé « Awkward Keystrokes of Y Cam » en transformant alors les fréquences émises par l’étoile Y Cam A en duo musical à l’aide d’un piano et d’un logiciel audio.

Enfin, la NASA met à notre disposition une compilation de sons issus de l’univers (ondes électromagnétiques converties en fichier audio) enregistrés par ses différentes sondes et nous permet alors de partir à la découverte de l’étrange musique que les planètes de notre galaxie produisent.


Partagez l'article

>