En plein dans la crise sanitaire mondiale actuelle, les chercheurs n’ont pas encore découvert de vaccin potentiel contre le COVID-19.

Publicité

Afin de limiter la propagation de l’épidémie, les mesures de prévention sont aujourd’hui les meilleurs des moyens. 

En cette période de confinement qui devient de plus en plus longue, la mise en quarantaine peut être pénible et insupportable.

Publicité

Toutefois, certaines personnes se sont retrouvées dans des conditions d’isolement assez spéciales…

Une quarantaine au milieu des océans

Le bateau de croisière « Diamond Princess » a arrêté son voyage au port de Yokohama au Japon, à cause de l’épidémie du COVID-19. 

diamond princess en quarantaine
Le Diamond Princess/Kim Kyung-Hoon

La maladie s’étant propagée à bord, du 04 février au 01 mars, les passagers ne pouvaient pas quitter le navire.

Publicité

Bien que ce dernier soit équipé de cabines bien meublées et confortables, circuler librement reste inestimable.

Une expédition de recherche dans l’Arctique a été interrompue suite à l’infection d’un des membres de l’équipe. La mission « MOSAiC » se trouve alors bloquée dans la glace depuis.

Le brise-glace de recherche Polarstern/MOSAiC

Les 20 sujets du groupe en contact avec la personne contaminée ont été isolés pendant 2 semaines avant de pouvoir prendre l’avion pour la Norvège.

Publicité

Au fond des océans, dans le sous-marin à propulsion nucléaire de la marine russe K-266 Orel, un civil a été suspecté malade du COVID-19.

En conséquence, l’ensemble de l’équipage, estimé à 100 employés, s’est mis en retraite. 

sous-marin de quarantaine
Le sous-marin K-266 Orel/Wikipedia Commons

Des confinements de toutes sortes

En Allemagne, l’émission télévisée « Big Brother » est réalisée dans une maison éloignée, pas loin de la ville de Cologne, depuis le 06 février. 

Alors que le pays avait annoncé son premier décès, les participants n’étaient toujours pas au courant de l’évolution de l’épidémie.

Publicité

Les producteurs ont dû les informer en direct, les rassurant quant à la sécurité de leur famille. La même chose s’est produite au Brésil et au Canada.

Plus étonnant encore, trois londoniennes ont été confinées dans un hôpital abandonné au Vietnam après qu’un proche les a rejoint d’Angleterre.

Il semblerait que ce dernier ait voyagé dans un avion qu’un porteur du virus a pris au même temps.

Publicité
Deux des trois londoniennes avant leur transfert à l’hôpital/Alice Parker

En dépit des tests négatifs, le trio a poursuivi sa marginalisation pendant 12 jours supplémentaires dans cet établissement insalubre. 

L’isolement est certes très pénible, mais ça ne doit probablement pas être le cas sur l’île des quokkas.

En effet, un navire de croisière en Australie s’est arrêté dans une zone de quarantaine à cause de l’épidémie du coronavirus détectée à bord. 

Publicité

Près de 800 voyageurs australiens se sont retrouvés sur la magnifique île Rottnest.

L’île Rottnest/Flickr

L’endroit paradisiaque a offert à ses visiteurs deux semaines de tranquillité.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>