S’il y a un dicton qui a transcendé les époques et les cultures, c’est bien celui-ci : « Les gros poissons mangent les petits ». Cet adage fait référence à la suprématie des plus forts sur les plus faibles au sens propre et figuré. Si cette figure ne semble pas se confirmer résolument dans la société humaine, sa validation spectaculaire nous vient du monde animal sous-marin et vient appuyer la croyance du Mahabharata, livre sacré indien qui postule : « S’il n’y a pas de dirigeant pour exercer la punition sur Terre, le fort dévorerait les faibles comme les poissons dans l’eau. ».

Publicité
Publicité

En effet, une découverte capturée par la caméra de l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique NOAA, en opération de recherche de l’épave du pétrolier SS Bloody Marsh, nous apporte un fait surprenant encourageant l’idée que nul n’est invincible.

Cette vidéo retrace bien une scène d’une douzaine de requins des grands fonds, se régalant dans un ballet incessant, d’une carcasse d’un énorme espadon de 2,5 m de long tombé, sans cause apparente de trépas, au large des côtes américaines à une profondeur d’environ 450 mètres — à 130 kilomètres des côtes de la Caroline du Sud.

Publicité

Deux espèces parmi ces requins ont été identifiées. Il s’agit de l’aiguillat commun (Centroscymnus owstonii) et de l’aiguillat de Génie (Squalus clarkae) qui peuplent, entre autres, les fonds marins de la région et se nourrissent de proies faciles.

Néanmoins, ce n’est pas tout, il se trouve que la vidéo a révélé de façon fortuite, l’existence d’une autre variété d’animaux marins évoluant dans ce même milieu. Il est question de l’Atlantic Wreckfish (Polyprion americanus), appelé également cabot ou Mérou (stone bass en anglais), car il habite les rebords rocheux et les épaves.

Publicité

On aperçoit sur la vidéo ce monstre marin surgir de nulle part, au moment de la scène de repas des squales, tenant clairement dans sa gueule — sous la projection lumineuse de la caméra — l’un des requins prédateurs, sous l’œil ahuri des membres de l’équipe exploratrice.

Les scientifiques qui s’attendaient à tomber sur l’épave du bateau recherché, et qui étaient loin de penser qu’ils allaient assister à cette scène, estiment que beaucoup de questions demeurent sans réponse.

D’une part, les requins ne se déplacent pas en groupe. En outre, il semble que la décision de l’Atlantic Wreckfish de s’en prendre à l’un de ces derniers serait venue du fait qu’il ne pouvait se régaler lui-même de l’espadon, dissuadé sans doute par le nombre des prédateurs.

Publicité
Publicité

« Cet évènement rare et surprenant nous laisse plus de questions que de réponses, mais telle est la nature de l’exploration scientifique. », a déclaré Peter J. Auster, un membre de l’équipe de la NOAA.


Partagez l'article

Publicité

Send this to a friend