Il y a encore quelques années, les éthologues parlaient d’instinct pour expliquer l’intelligence des animaux, pensant qu’elle était innée. 

Cependant, de récentes études sur le cerveau des oiseaux ont mis en avant le fait qu’ils pouvaient manipuler des concepts complexes d’apprentissage. 

Des perroquets aux « super-pouvoirs »

Une expérience sur 6 perroquets a été réalisée par l’équipe de la Dr Amalia Bastos. Malgré le fait que l’Homme soit l’unique être vivant doté de raison, cet oiseau fait preuve de compétences hors-normes ! 

Le kéa est un grand perroquet que l’on retrouve sur une île Néo-Zélandaise ; c’est le seul de son espèce à habiter la montagne et il n’en resterait actuellement que 5000. 

perroquets
Kéa/©Amalia Bastos

Il s’est avéré qu’ils seraient capables de faire des prédictions, tout comme nous. Ils viendraient même concurrencer les gorilles et les enfants en bas âge avec, outre la faculté de parler, une meilleure aptitude à compter. 

Ils arrivent à additionner et soustraire des nombres, et ces créatures extraordinaires comprennent le concept du zéro en prime !

Bastos et ses collègues ont observé le comportement de 6 de ces perroquets après les avoir entraînés à associer des pinces noires et oranges à une récompense alimentaire, ou rien. 

©Amalia Bastos

Deux bocaux contenant ces derniers leur sont alors présentés. Une épingle de chaque est piochée et le perroquet devait opter dans quelle main se trouvait le bon. 

C’est là qu’une analyse étonnante fut faite : ils choisissaient presque toujours celle qui sortait du récipient des pinces noires, car cela augmentait la probabilité d’avoir la compensation. 

Ce comportement n’a été jusque-là observé que chez les grands singes.

Ces petits êtres semblent également avoir une préférence pour les personnes leur ayant présenté un nombre plus élevé de bonnes épingles, et donc de friandises. Ces testeurs sont jugés comme étant à haut potentiel.

Le test d’intelligence 

Selon Bastos, le kéa serait doté d’une intelligence hors pair — et il n’est pas le seul.

Le test du miroir a été créé pour mesurer la douance de différents animaux. Gordon Gallup Jr, Psychologue fondateur de cette théorie en 1970, atteste que s’ils arrivent à se reconnaître, ils ont réussi l’examen.

Le sujet est placé devant une glace et fait face à son reflet dans un premier temps. Ensuite, on vient déposer une marque quelconque sur son corps (habituellement de la peinture sans odeur ou un sticker) avant de le confronter encore une fois au miroir. 

Test du miroir/©Liangtang Chang/ION

Ses réactions sont comparées et une déduction est faite. En général, pour dire que l’animal se reconnaît, il contemple la tâche qui n’était pas là avant en s’approchant de la glace et essaye même de s’en débarrasser.

Ce fut par exemple le cas avec l’éléphant et l’orque (il est à noter que l’être humain y arrive à partir de 18 mois). 

D’autre part, s’il ne réussit pas le test, il a toutefois des comportements intéressants. Agressifs chez certains, drôles chez d’autres, voire très attendrissantes parfois.

Nous pouvons en conclure que tout être vivant, à sa façon, est doté d’une intelligence adéquate à son mode de vie.


Partagez l'article

>