fbpx

Comment cet oiseau peut être mi-mâle mi-femelle


Descendants des dinosaures qui se sont éteints il y a maintenant plus de 66 millions d’années, nos amis vertébrés ailés les oiseaux ne manquent clairement pas d’originalité.

D’après les dernières estimations, il existerait pas moins de 22 000 espèces qui parcourent inlassablement les quatre coins de notre planète.

Se déclinant en un nombre incalculable de couleurs, tailles, poids et apparences physiques différentes, certains spécimens très communs sont connus de tous, tandis que d’autres, nettement plus rares, ne sont visibles qu’une fois dans notre vie.

Et à ce propos, à la fin du mois de janvier, un couple américain amoureux de la nature a fait une découverte qui les a laissés littéralement sans voix…

Un genre d’oiseau hors du commun

Originaire de la ville d’Érié, en Pennsylvanie, au nord-est des États-Unis, M. et Mme Caldwell se trouvaient dans leur maison lorsqu’ils sont tombés nez à nez avec un animal qu’ils n’avaient encore jamais vu auparavant, à seulement quelques mètres de leur fenêtre.

Largement habitués à nourrir les oiseaux qui viennent se poser sur les branches des arbres de leur jardin, quelle ne fut leur surprise lorsque celui-ci, d’un genre absolument nouveau, s’est retrouvé perché à leur séquoia.

« Nous n’avions jamais pensé que nous verrions quelque chose comme cela », a déclaré Shirley Caldwell, qui s’est empressée de prendre une photographie de ce bipède un peu particulier, avant de la poster sur son compte Facebook.

S’il est si spécial, c’est parce que contre toute attente, il s’agit à la fois d’un cardinal nordique mâle et d’un cardinal nordique femelle.

Ainsi, d’un côté, l’oiseau arbore le fameux plumage rouge écarlate du sexe masculin, tandis que de l’autre, plutôt verdâtre, est caractéristique du sexe féminin de cette espèce.

La question qui se pose alors est celle de savoir comment un phénomène aussi curieux peut avoir lieu chez des animaux tels que les oiseaux.

Même si cela reste extrêmement rare, la communauté scientifique connaît pourtant bien ce genre de cas…

Une condition rare, mais pas impossible pour autant

« Cet oiseau remarquable est une véritable chimère mâle/femelle » a affirmé le chercheur au Cornell Lab of Ornithology Daniel Hooper, et pour cause : en réalité, cet animal est atteint de ce que l’on appelle le gynandromorphe bilatéral, autrement dit une anomalie génétique qui divise le corps d’un spécimen en deux parties, dont l’une est féminine, et l’autre masculine.

Plus surprenant encore, les chercheurs s’accordent même à dire que cette particularité est bien plus répandue chez les oiseaux que l’on ne peut l’imaginer, mais que nous ne le voyons pas forcément de prime abord parce qu’il n’existe pas vraiment de différences morphologiques apparentes entre un mâle et une femelle, si ce n’est leur plumage.

« Les cardinaux sont l’un des oiseaux dimorphes sexuels les plus connus en Amérique du Nord. Leur plumage rouge vif chez les mâles est emblématique, de sorte que les gens remarquent facilement quand ils sont différents » explique le Professeur Hooper.

En outre, il rappelle que ce phénomène existe également chez plusieurs autres espèces d’animaux, notamment chez les crustacés, les papillons, mais aussi les insectes.

En ce qui concerne les oiseaux, le gynandromorphe bilatéral se développe lorsqu’un ovule comporte deux noyaux au lieu d’un et que ce dernier est fécondé par deux spermatozoïdes.