Nous rêvons tous d’une ligne parfaite et d’un corps en pleine forme mais nous lésinons un peu lorsqu’il s’agit de faire un peu d’exercice.

Publicité

Cela est souvent dû au fait que nous soyons trop occupés, pas assez motivés ou peut-être n’en voyons-nous pas l’intérêt, tout simplement.

Il est vrai qu’il serait bien de pouvoir profiter des avantages du sport sans être obligé de bouger le moindre muscle. Cela semble peu probable, certes, mais la science vient de prouver que ce n’était pas impossible.

Quand le rêve rejoint la réalité

Une nouvelle étude menée sur des souris et des mouches des fruits explique qu’il existe une protéine naturelle, « la Sestrine », capable d’imiter les effets métaboliques de l’exercice chez les animaux.

Malheureusement, à l’heure actuelle, les humains ne peuvent pas encore en bénéficier. 

Cependant, cela semble en très bonne voie, notamment pour les personnes qui ont du mal à garder leurs corps en bonne santé.

Des chercheurs de l’Université du Michigan ont constaté, lors de leurs expériences, que la régulation positive de la Sestrine simule les impacts moléculaires et physiologiques de l’effort physique. 

En premier lieu, l’équipe a comparé les capacités de vol de trois types de mouches drosophiles différents : celles qui sont inaptes à produire de la Sestrine, celles qui la sécrètent, et, enfin, un groupe d’insectes ordinaires.

Après trois semaines d’entraînement, les mouches normales ont montré une nette amélioration quant à leur endurance, ce qui n’a pas été le cas chez celles dont la production de la Sestrine était inhibée.

Celles qui présentaient une sur-expression de la Sestrine avaient de bien meilleurs résultats que les autres, même quand elles ne faisaient aucun exercice.

Centers for Disease Control and Prevention / Unsplash

Des résultats plus que prometteurs

Une autre expérience menée sur des souris a révélé que sans la Sestrine, les animaux n’ont pas la même habilité en termes de respiration et de combustion des graisses.

Une analyse connexe a permis de démontrer que la surexpression de la Sestrine aide à lutter contre l’atrophie musculaire.

Évidemment, ces résultats seraient une aubaine pour les personnes âgées qui jouiraient des mêmes bienfaits qu’en allant réellement au gymnase ou pour celles et ceux qui redoutent les salles de sport !

Bien qu’aucun essai n’ait encore été effectué sur l’être humain, les recherches ont établi que les muscles produisent plus de Sestrine pendant l’entrainement.

Aussi, cela laisse espérer que les autres espèces d’animaux pourraient présenter des similitudes dans leur fonctionnement.

Dans ce cas, des études supplémentaires pourraient nous en dire plus à ce sujet.

En attendant que la science fasse assez de progrès pour nous en dispenser, l’activité physique reste toujours le seul et unique moyen de nous maintenir en forme et en bonne santé.


Partagez l'article

>