Il est difficile de faire perdurer une espèce dans un environnement autre que son habitat naturel. Principalement parce qu’un changement de milieu les stresse et leur fait perdre leurs repères, les animaux ont tendance à se braquer et à arrêter de se reproduire. 

Le Wellington Zoo en Nouvelle-Zélande a toutefois réussi à faire éclore des Mygales mangeuses d’oiseaux. C’est une première en 20 ans, aucun autre zoo n’y est arrivé durant les deux dernières décennies, rapporte le directeur de la cellule des reptiles et invertébrés, Dave Laux. Il ajoute qu’il s’agit aussi de la toute première fois qu’un évènement pareil se produit en Australie.

Ces arachnides, qui d’habitude ont des portées de 150 petits, n’ont en produit que 13 au sein du zoo. Cependant, l’équipe de zoologues est très satisfaite que leurs efforts durant les deux dernières années aient porté leurs fruits. 

We are beyond excited to announce that we have successfully hatched 13 Goliath Bird Eating Tarantulas! This is a huge milestone for us as we are the first zoo in Australasia to breed this species.Goliaths are listed as Not Evaluated by IUCN so we don’t know how well they are doing in the wild right now. It’s likely that their numbers are in decline due to over collection for the pet trade. We have been working towards this moment for 2 years with many pairings and failed egg sacs in the past so this is a huge achievement for us and for this species. Just like our other spiders, these little babies are safe and secure in the Zoo. They may not be everyone’s cup of tea but we reckon spiders are awesome!Video via Team Leader of Reptiles and Invertebrates, Dave.

Publiée par Wellington Zoo sur Dimanche 3 mai 2020

Cette espèce est connue pour être la plus grande araignée dans le monde. Elle peut atteindre jusqu’à 30 cm à l’âge adulte, soit environ la taille d’une assiette. Cela justifie leur menu alimentaire conséquent : de grands arthropodes, des insectes, de petits vertébrés, et moins fréquemment, des oiseaux.

13 bébés tarentules. Wellington Zoo.

Une fois leur proie attrapée, ces créatures se retirent dans un endroit isolé, à l’abri des regards afin de déguster leur festin. Elles procèdent à la liquéfaction de la partie interne de l’animal en question avant d’en sucer le résultat, n’en laissant que la coque externe. 

Les 13 petits de la Mygale font déjà la taille d’une pièce de 10 centimes. Ils continueront à grandir jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de maturité, trois à six ans plus tard. Leur durée de vie, ceci dit, dépend de leur sexe. Les mâles auront tendance à périr quelque temps après leur maturation, tandis que les femelles atteignent l’âge de 25 ans pour la plupart. 

Les mygales mangeuses d’oiseaux, habituellement trouvées dans les régions forestières de la partie nord de l’Amérique du Sud. Elles prospèrent notamment en Suriname, en Guyane et Guyane française, dans le nord du Brésil, le sud du Venezuela, et en Amazonie. 

Et alors qu’elles ne sont pas le spectacle le plus plaisant pour un arachnophobe, les communautés locales se délectent de plats faits à base de ces Mygales. Elles sont généralement grillées dans des feuilles de bananes et leur goût est comparé à celui des crevettes. 

En vue des circonstances actuelles, le zoo n’accueille pas de visiteurs. Le directeur assure cependant que l’on pourra avoir l’occasion de voir ces merveilleuses créatures dès que le pays sera passé en alerte 2. 


Partagez l'article

>