L’espace est décidément la partie la plus fascinante de l’univers  ; c’est un milieu propice à l’émerveillement et à la découverte. Il regorge de phénomènes étranges qui laissent parfois les scientifiques plutôt perplexes, d’autant plus que la plupart sont pratiquement inexplicables.

Publicité

De nombreuses investigations sont déjà en cours, pour en savoir plus sur certaines manifestations assez singulières dans notre système solaire, telles que les météorites, les astéroïdes, les trous noirs, etc. Et voilà que vient s’ajouter, à cette liste, un autre événement tout aussi incroyable !

Un phénomène peu ordinaire

Il s’agit de puissants signaux radio venant de l’espace lointain, (à des millions d’années-lumière) probablement liés à un magnétar de la Voie lactée appelé SGR 1935 +2154, enregistrés le 28 avril dernier partout, dans le monde. 

Ces ondes, accompagnées de rayons X très lumineux, sont de très courte durée et ne se répètent généralement pas. L’énergie qu’elles émettent peut dépasser celle de 500 millions soleils. C’est d’ailleurs ce qui fait leur complexité et les rend encore plus difficiles à cerner.

L’astronome Shrinivas Kulkarni de Caletch, et l’un des enquêteurs à avoir détecté le signal radio, a fait une déclaration, à ScienceAlert, dans laquelle il renvoie l’origine des FRB à ces étoiles mortes.

On parle d’un type d’astre, formé des neutrons résiduels d’un autre, plus massif, qui serait passé en supernova, sauf qu’il possède des champs magnétiques 1000 fois supérieurs à ceux d’une étoile à neutrons ordinaires.

ESO/S. Brunier

Le mystère est loin d’être élucidé

Kulkarni affirme que le signal reçu grâce au projet STARE 2, conçu par Christopher Bochenek, était d’une fluence de plus d’un million de millisecondes janksy. Ce qui, selon lui, est tout à fait inouï.

Pour sa part, l’astrophysicien, Sandro Mereghetti, chercheur avec le satellite INTEGRAL de l’ESA, explique que si l’émission de rayons X et des rayons gamma n’a rien de particulier, dans les explosions magnétariennes, elle témoigne quand même de la présence de beaucoup plus de FRB que les appareils pourraient révéler.

Ce résultat, établissant clairement le lien entre les FRB et les magnétars, semble assez intrigant. En effet, les experts s’étonnent qu’on ait pu enregistrer une telle brillance provenant d’une source extragalactique, car c’est habituellement impossible.

Publicité

D’un autre côté, Kulkarni estime que le SGR 1935 +2154 était parfaitement capable de gérer un éclatement bien plus puissant, sans avoir nécessairement besoin d’autant d’énergie.

Quoi qu’il en soit, une comparaison du spectre de la salve à ceux des FRB extragalactiques éclairera les astronomes, qui continuent à suivre l’évolution de l’étoile dans le cosmos. Ils pourront alors déterminer l’étape à suivre.

Ce qu’il faut savoir, par contre, c’est que les rafales radio rapides ne peuvent avoir une origine unique, compte tenu du comportement différent de certains signaux, qui se reproduisent tous les seize jours.

Il est clair que ces signaux continueront longtemps à contrarier les scientifiques, qui ne sont pas encore au bout de leurs peines. Ils sont certainement conscients que la résolution de cette énigme n’est pas encore proche, cependant ils sont heureux d’avoir effectué un grand pas en avant dans ce sens.


Partagez l'article

>