Nos relations sont l’un des aspects des plus délicats à gérer durant notre vie. De nombreux couples ne survivent pas aux difficultés rencontrées de temps à autres. Mais contre toute attente, cela n’est pas toujours dû à une incompatibilité des deux personnes, mais plutôt à notre vision des choses. 

Publicité

Et à ce propos, un psychologue révèle le secret de cet échec, dont on ne parle malheureusement pas assez souvent…

Les gens surdimensionnent souvent l’aspect négatif de leur partenaire et négligent leurs côtés positifs, si bien que beaucoup d’histoires destinées à être très belles n’aboutissent pas.

Les exigences sont aujourd’hui devenues très rigoureuses. En effet, tout le monde tend vers la perfection et ne tolère plus la médiocrité. Il est donc nécessaire de se poser les bonnes questions, et distinguer les vrais problèmes des faux.

Les individus les plus pointilleux portent leurs attentes au plus haut degré et sont définis par les chercheurs comme étant des « maximisateurs ».

Ces derniers s’investissent beaucoup dans leur relation afin de préserver leur partenaire, mais s’épuisent rapidement dans leurs efforts. En outre, ils ont souvent une faible estime d’eux-mêmes, et, par conséquent, se veulent moins optimistes. Ils s’opposent aux « satisfaiseurs », qui eux, se contentent du peu.

Des attentes trop élevées peuvent faire qu’une belle histoire paraisse très décevante, mais opter pour le meilleur devrait plutôt s’appliquer au matériel. 

Public Domain/Needpix

Effectivement, nous n’enregistrons pas les aspects positifs de notre expérience, car nous les prenons pour acquis. Par contre, nous nous focalisons sur le négatif parce qu’ils nous écartent du statut heureux « normal » des relations.

Cette tendance est si prononcée que lorsqu’il n’y a pas de problème majeur, les gens exagèrent les petites querelles. Il faut donc séparer la critique du dérisoire afin d’identifier les réelles complications.

Des statistiques menées sur 5 000 Américains ont révélé que les causes principales de la rupture sont le manque d’attraction physique, d’humour, des rapports intimes, la distance et la faible confiance en soi. D’autres désaccords peuvent avoir lieu, comme l’abus et l’irrespect.

Les participants se focalisent plus sur les « dealbreakers », qui sont les facteurs qui brisent une relation, plutôt que sur les « dealmakers », qui au contraire, sont des raisons de la conserver. 

Le fait que beaucoup ne donnent pas assez de considération à leur histoire est ce que les psychologues appellent « le biais de la négativité ». Il y a forcément des cases que votre conjoint.e remplit parfaitement, et c’est justement celles-ci sur lesquelles il faut se concentrer.

Offrir le bénéfice du doute peut sembler surréaliste. Néanmoins, certaines études prouvent que ce genre d’illusions positives diminuent les conflits : idéaliser notre partenaire nous convainc de sa valeur.

Ainsi, être trop critique envers une relation amoureuse n’est pas la solution. Au lieu de cela, il est primordial de trouver ce qui est considéré comme acquis pour tenir le coup…


Partagez l'article

>