L’apparition continue de nouvelles maladies et mutations est la raison principale pour laquelle la santé est un domaine d’actualité.

Pour remédier aux insuffisances des traitements, les professionnels sont constamment amenés à trouver des solutions.

Le virus de la grippe étant un problème préoccupant depuis des années, les recherches d’un éventuel vaccin universel révèlent enfin des résultats prometteurs. Cette puissante dose d’immunité pour une protection durable serait un pas vers un monde meilleur…

Un vaccin « miracle » en voie de développement

Après de longues années d’études minutieuses, une toute nouvelle version spécifique appelée FLU-v et destinée à combattre la grippe verra bientôt le jour. Les phases I et II du processus ont été validées, même si celles-ci se limitent à évaluer l’innocuité.

Olga Pleguezuelos, de la société de développement pharmaceutique SEEK, affirme que le remède induit la libération d’immunoglobulines qui peuvent encore être détectées six mois après la vaccination. 

Étant donné la rapidité de la métamorphose du virus et l’apparition de variétés inattendues chaque saison, une résistance durable est nécessaire.

Les scientifiques sont donc amenés à prévoir les éventuelles mutations et établir les sérums correspondants.

Un « super anticorps » a d’abord été envisagé, qui serait capable de s’attacher à toutes les souches du germe de la même manière.

Cette approche n’ayant pas abouti, l’équipe s’est dirigée vers la recherche d’une partie du bacille qui reste inchangée chez toutes les populations.

L’idée a ensuite été développée grâce à un algorithme informatique qui a permis l’identification de ces régions dans le virus de la grippe.

Sgt. J.D. Strong II/U.S. Air Force

Un mode d’action très astucieux

D’après Pleguezuelos, le FLUV-v est constitué de 4 sous unités, chacune efficace contre une partie spécifique du virus. Si une mutation apparaît pour l’une de ces régions, les 3 autres seront toujours fonctionnelles.

L’antidote active les corps T, chargés de détecter des sites déterminés du micro-organisme. Ceci déclenche une cascade de réactions du système immunitaire, afin de détruire le germe pathogène.

L’approche des lymphocytes T a été reconnue à la suite de la pandémie de 2009-2010 lorsque les personnes exposées, mais protégées, présentaient en fait des réponses préexistantes à ce type de cellules.

Les preuves provenant de modèles animaux démontrent que ces globules blancs fournissent plusieurs voies effectives contre le virus de la grippe et surmontent les limites des traitements actuels.

Le vaccin universel est sur le point d’entrer dans la troisième phase du développement clinique afin de tester son innocuité et son efficacité.

La découverte d’un tel remède est attendu depuis longtemps, et il semble enfin réalisable, du moins dans les cinq années à venir.


Partagez l'article

>