fbpx

Pourquoi un front ridé à un jeune âge peut être un très mauvais signe, selon une étude récente


Pourquoi un front ridé à un jeune âge peut être un très mauvais signe, selon une étude récente - sante-et-medecine, maladies - visage, vieillesse, Sonnette d'alarme, Rides, prévention, Plis, phobie, Personnes âgées, peau, oeil, Méthode scientifique, maladies, Maladie cardio-vasculaire, Hypertension artérielle, Front, Facteur de risque, expériences, Diagnostic (médecine), Cholestérol, changement, anomalie
Erich Ferdinand, Flickr

La maturité, la sagesse et le savoir-vivre font partie de ces avantages qui viennent presque exclusivement avec l’âge. Pourtant, vieillir est la phobie de beaucoup de personnes et nous avons tous notre point de vue sur le sujet.

Malheureusement, le corps médical est unanime quant aux ravages apportés par les années que nous accumulons : maladies cardiovasculaires, troubles neurodégénératifs et bien plus encore. Si tous ces problèmes de santé sont difficiles à prévenir, une nouvelle méthode semble bien faire ses preuves…

Un lien peu probable

Les rides sont un signe qui ne trompe pas. Majoritairement associés à la vieillesse, avoir des rides est une réalité pour tout sexagénaire, mais elles peuvent apparaître beaucoup plus tôt. Grâce à une nouvelle étude présentée à Munich dans le cadre du Congrès de l’European Society of Cardiology, ces marques souvent très incrustées, surtout celles présentes sur le front, peuvent servir d’outil de diagnostic très efficace.

Les chercheurs ont procédé à un suivi d’un groupe de 3200 adultes et cela pendant 20 ans. Le but était d’annoter tout lien potentiel entre des marques physiquement visibles et toute maladie interne. Tout en prenant en considération les particularités de chaque participant tel que le mode de vie, les spécialistes sont vite arrivés à une conclusion des plus improbables : il y aurait bel et bien une relation entre les rides du front et les maladies cardiovasculaires.

Selon eux, avoir un front plus plissé que la moyenne corrèlerait avec un risque de décès 10 fois supérieur en comparaison avec les personnes ayant la peau plus lisse. Curieusement, les petites ridules présentes au niveau du contour des yeux ne permettent pas d’établir un lien similaire.

Les méthodes de diagnostic conventionnelles telles que le fameux test sanguin sont très fiables pour être écartées au profit de ce nouveau procédé pourtant moins intrusif, moins cher, mais surtout plus rapide.

Pourquoi un front ridé à un jeune âge peut être un très mauvais signe, selon une étude récente - sante-et-medecine, maladies - visage, vieillesse, Sonnette d'alarme, Rides, prévention, Plis, phobie, Personnes âgées, peau, oeil, Méthode scientifique, maladies, Maladie cardio-vasculaire, Hypertension artérielle, Front, Facteur de risque, expériences, Diagnostic (médecine), Cholestérol, changement, anomalie
Official U.S. Navy Page, Flickr

Une méthode à considérer

« Vous ne pouvez pas voir ou sentir les facteurs de risques tels que les taux élevés de cholestérol ou l’hypertension. » explique Yolande Esquirol, Professeure au Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse. « Nous avons exploré les rides du front en tant que marqueurs, car c’est simple et visuel. Rien que le fait de regarder le visage du patient peut déclencher la sonnette d’alarme et nous permettre d’adresser des conseils pour limiter les risques. »

Bien que ce soit une découverte exceptionnelle et qui ouvre bien des portes, elle reste néanmoins au stade de l’étude préliminaire, car les détails ne sont pas encore très bien cernés. D’après les suggestions émises par les chercheurs, les conséquences de l’athérosclérose sont celles qui permettent à un tel lien d’exister. Ils expliquent que les dépôts accumulés sur les artères et qui conduisent à leur rétrécissement et durcissement sont d’autant plus remarqués au niveau des vaisseaux sanguins du front. Ces derniers étant petits et plus sensibles à la plaque formée par les corps gras.

« C’est la première fois qu’un lien a été établi entre les risques cardiovasculaires et les rides du front et ce résultat doit être confirmé par des études ultérieures. » met en garde la spécialiste. « Mais la procédure peut être utilisée par les médecins, car elle ne coûte rien et elle est sans risque. » a conclu le Dr Esquirol.