Tout ce que nous gardons aujourd’hui des créatures qui ont, autrefois, peuplé la Terre, est bien leurs traces fossiles. Grâce aux efforts des paléontologues et les techniques d’analyse récentes, de nombreuses espèces ont pu être identifiées et classées.

Pour certains animaux, seuls quelques fragments du squelette ont été retrouvés, laissant le reste de la carcasse mystérieux à tout jamais. Le Mégalodon, par exemple, a longtemps impressionné les scientifiques par la taille redoutable de ses dents, et il semble que les proportions réelles du carnivore sont enfin révélées. 

Le Mégalodon a peuplé les océans pendant plus de 20 millions d’années. Afin d’en savoir plus sur la taille du géant maintenant disparu, des chercheurs de l’Université de Bristol et de Swansea au Royaume-Uni se sont intéressés aux plans de croissance des créatures génétiquement proches, à savoir les requins blancs (Carcharodon carcharias).

Au 19e siècle, le Mégalodon était considéré comme appartenant au genre Carcharodon, lié aux requins blancs de la famille des Lamnidés, bien que dépassant ces derniers de quelques mètres.

Une seule dent comparée à une main.
Wikipedia Commons

Seulement, il est à noter que le cartilage du squelette des requins disparaît peu de temps après leur mort, ne laissant que leurs dents. Les estimations des paléontologues se basent alors sur des données réduites rendant leur travail plus corsé.

Ceci implique que les constatations faites sur l’animal ne mettaient pas d’accord l’ensemble de la communauté scientifique. Certains suggèrent que la forme des dents indique la fin de la lignée des Otodontidées, du genre Carcharocles, ou peut-être Otodus.

Catalina Pimiento, de l’Université de Swansea, explique que le Mégalodon était proche de requins tels que le mako, le requin-saumon, le requin-taupe et le grand requin blanc. D’ailleurs, l’équipe a effectué des analyses mathématiques, croisé les propriétés des individus précédents, afin de se rapprocher au mieux de celle de notre créature.

Modèles de silhouette visualisant † les dimensions du corps d’Otodus Mégalodon.
Jack A. Cooper & al./Scientific Reports

Ils ont également étudié l’évolution de certaines parties du corps telles que la tête, la queue et les nageoires, à mesure que l’animal grandit et s’allonge. Heureusement pour les paléontologistes, les petits de ces animaux sont des « petits adultes » et ne changent pas de proportions en vieillissant, contrairement aux humains, dont l’anatomie évolue avec le temps.

Ceci implique que le Mégalodon pourrait suivre les mêmes courbes de croissance que ses ancêtres, puisque l’ensemble de ses membres grandissent de la même manière jusqu’à sa taille finale.

À l’aide de ces informations, la taille de Otodus Mégalodon est maintenant estimée à 16 mètres de long, avec une tête de 4,65 m, une nageoire caudale mesurant 3,85 m et une nageoire dorsale de 1,62 m. En d’autres termes, en enchaînant 3 voitures l’une derrière l’autre, la première correspondrait à la tête, tandis que votre corps, à celui de sa nageoire dorsale. 

Jack Cooper, auteur principal de l’étude et chercheur à l’Université du Bristol, déclare avoir été très satisfait de l’étude du Mégalodon, créature qui l’a toujours passionné, et ce, à partir d’un amas de dents uniquement.


Partagez l'article

>