L’arrivée de la 5G suscite de nombreuses appréhensions auprès des populations. Durant ces derniers mois, des mouvements anti-5G ont même fait leur apparition. Des théories du complot ont été diffusées par certains d’entre eux allant jusqu’à établir un lien entre la pandémie du COVID-19 à laquelle fait face le monde actuellement ou l’affaiblissement de notre système immunitaire et l’avènement de la 5G. D’autres sont allés plus loin en incendiant des tours de téléphonie cellulaire au Québec, en Belgique et aux Pays-Bas. 

Publicité

Tous ces dépassements ont vite fait réagir l’Organisation mondiale de la santé qui met en garde contre ces campagnes mensongères de désinformation. Les spécialistes affirment qu’il s’agit, au contraire, d’une technologie révolutionnaire en matière de communication sans fil.

Quelles craintes ?

En plus d’améliorer de façon significative le trafic mondial des données, la 5G permettra la mise en place de techniques de communication simultanées et massives entre les machines. Cette polémique autour de la prétendue dangerosité des ondes électromagnétiques diffusées par le réseau 5G et leur impact négatif sur la santé a été contestée par de nombreux scientifiques.

En effet, bien qu’un certain nombre d’études aient rapporté des symptômes tels que des maux de tête, des troubles cognitifs et cardiaques ou encore des tumeurs cérébrales, aucun lien de causalité entre ces manifestations et l’exposition aux champs électromagnétiques n’a été jusque là scientifiquement démontré. 

Pour mieux comprendre l’inquiétude des gens vis-à-vis de cette nouvelle technologie, attardons-nous un peu sur ce qu’est réellement la 5G. Les téléphones dotés de la 4G ou la 3G utilisent des bandes de fréquences des ondes radio comprises entre 1,8 et 8 GHz. Les vitesses de connexion réseau offertes par la 5G seront nettement plus élevées grâce à des fréquences pouvant atteindre les 300 GHz. C’est donc cette augmentation de fréquences qui provoque toutes ces préoccupations.

Fabian Horst/Wikipedia Commons

Totalement inoffensive

Pourtant, Andrew Wood, célèbre chercheur en bio effets électromagnétiques à l’Université de Swinburne en Australie assure : « Une fréquence plus élevée ne signifie pas une intensité plus élevée : c’est vraiment comme comparer le bleu avec la lumière rouge — c’est une longueur d’onde différente. »

Aussi, le responsable des communications technologiques chez le fournisseur britannique de réseaux mobiles EE, Howard Jones, déclare à ce sujet : « Les longueurs d’onde que la 5G utilise et utilisera sont entièrement sûres et font l’objet de recherches et de tests depuis des décennies. » 

Par ailleurs, notons que ces craintes et incertitudes liées à ces émissions ne datent pas d’aujourd’hui. Plusieurs tests effectués dans le passé par les autorités sanitaires de divers pays à travers le monde et validés par l’OMS excluent tout risque de ces ondes pour la santé de l’homme. 

Les arguments avancés évoquent notamment le respect des normes internationales visant à limiter les effets des radiofréquences. Les experts affirment que contrairement au rayons X et ultraviolets, les ondes électromagnétiques émises par les smartphones, les ordinateurs, etc. sont non-ionisantes et incapables d’attaquer les cellules du corps humain. 

Publicité

L’ensemble des éléments précités portent à croire que toutes ces controverses ne sont pas justifiées et qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur de la 5G.


Partagez l'article

  • Mensonges, j’ai des maux de tete à cause des tests 5G c’est affreux ça rend les fréquences instables, des sifflements compressant le cerveau ça se ressent nettement. Je ne sais ou aller.

  • >