Lorsqu’un enfant commence à perdre ses dents de lait, généralement vers 6 ans, la tradition veut que l’on fasse appel à la petite souris, échangeant ainsi la dent avec une pièce pour ensuite la conserver dans une boîte banale voire de la jeter, à tort.

Publicité

En effet, selon les scientifiques, le fait de se débarrasser des dents de laits des enfants ou de les garder à simple titre de souvenir personnel est une grave erreur car les propriétés médicinales qu’elles comportent peuvent s’avérer plus importantes que vous ne le pensez, du moins si celles-ci sont conservées correctement.

Une découverte surprenante des plus utiles

Contrairement à ce que la majorité des personnes peuvent penser, les dents de lait ne sont pas juste des dents temporaires.

En effet, compte tenu des résultats des quelques études qui ont été menées par quelques chercheurs, les scientifiques s’accordent à dire que les dents de lait comportent une quantité impressionnante de cellules souches, qui, de ce fait, pourraient guérir certaines pathologies lourdes ou du moins en accélérer la guérison.

Il faut comprendre que les cellules souches ne sont pas anodines : elles font partie des cellules dites « neutres » qui se renouvellent sans cesse contrairement à la majorité de nos autres cellules (dites « différenciées ») et qui permettent alors de régénérer littéralement nos nos tissus endommagés en procédant à une thérapie cellulaire et peut-être d’accélérer le processus de guérison de maladies comme certains types de cancers, l’autisme, la maladie de Parkinson et plus récemment des pathologies cardiaques qui, pour cette dernière, a donné de très bons résultats.

Partant de ce constat, la conservation des dents de lait peut s’avérer extrêmement utile.

Ainsi, le docteur Songtao Shi, chercheur au NIDCR (l’Institut National de Recherche Dentaire et Craniofaciale) a entrepris ses recherches après une découverte surprenante qu’il a fait sur sa propre fille : lorsque celle-ci a perdu ses premières dents de lait, le docteur Shi les a examinées dans son laboratoire et s’est rendu compte que les cellules souches présentes dans la pulpe dentaire des dents de lait pouvaient parfaitement être isolées et donc conservées.

Pixabay.

Une habitude à prendre dès la première perte de dent de lait

Si les différentes études menées sur les dents de lait sont toujours au stade de la recherche, les premières découvertes se veulent pourtant très encourageantes, surtout qu’il est tout à fait possible de conserver de manière adéquate ces dents et donc leurs cellules souches pour pouvoir les réutiliser en cas de besoin.

En effet, grâce à la conservation de leurs cellules souches (et donc à fortiori des dents de lait), les individus atteints de maladies qui nécessitent l’attente d’un donneur pourront être traités beaucoup plus rapidement et efficacement.

Il faut savoir que le traitement des maladies au moyen de cellules souches (appelé « thérapie cellulaire) existe déjà, même s’il est encore peu développé et a permis à ce jour quelques réussites non négligeables comme le traitement des grands brûlés au sein de l’I-STEM qui utilise les cellules souches des patients pour leur greffer un nouvel épiderme, intact de toute lésion ou brûlure.

De même, le Docteur Shinya Yamanaka a réussi à soigner une septuagénaire atteinte de DMLA, une maladie dégénérative de la rétine liée à l’âge et chronique, en lui transplantant des cellules souches directement dans l’œil.

Cependant, il faut savoir que la conservation optimale des dents de lait est complexe et nécessite l’intervention d’un laboratoire compétent ainsi que d’une banque de dents (qu’elle devra stocker impérativement à -190 degrés).

Les recherches en la matière sont encore au stade de l’expérimentation et loin d’être terminées, bien que celles-ci soient prometteuses et pourraient, dans un avenir proche, peut-être sauver la vie de millions de personnes.


Partagez l'article

>