On a tous fait le rêve de partir, un jour, en croisière autour du monde, dans l’un de ces somptueux bateaux de luxe. Les compagnies de croisière sont de plus en plus nombreuses et elles offrent les plus incroyables des voyages à leurs passagers. 

Récemment, un certain processus d’étirement de ces navires est entrain de se mettre en place. Il s’agit, en fait, de les couper en deux. Quelle drôle d’idée ! dira-t-on. Cela peut sembler bizarre, au premier abord, mais il y a une bonne raison à tout ce chantier !

Découper intelligemment

Il y a quelques semaines, le président de Windstar Cruises, John Delaney a fini de découper le Star Breeze en deux. On pourrait croire qu’il a détruit son navire, pourtant, il n’a fait que libérer de l’espace pour un ajout préfabriqué de 8450 pieds de 1250 tonnes. 

C’est comme détacher deux Lego pour mettre un autre bloc entre les deux. En réalité, Delaney avait, à l’esprit, un « Star Breeze » plus grand, plus luxueux et surtout plus rentable.

 Après l’étirement, ce bateau, disposera de 50 nouvelles suites qui accueilleront 100 personnes supplémentaires, une meilleure capacité des passagers et une augmentation des tarifs pour les nouvelles cabines. Bref, il aura une plus longue espérance de vie.

Silversea Cruises.

Le rédacteur en chef de Cruise Business explique que ce concept n’est pas une première car il a été copié sur des ferries scandinaves, découpés afin d’ajouter de l’espace de chargement.

L’entreprise est tellement satisfaite des prévisions quant aux résultats de cet étirement, qu’elle envisage d’étendre encore deux autres navires d’ici la fin de l’année 2020. Elle entend dépenser 250 millions de dollars pour obtenir une augmentation de sa capacité allant jusqu’à 24 %.

Pourquoi est-ce une bonne idée ?

Cette idée est d’autant plus logique que le coût d’un nouveau navire serait de 175 millions de dollars contre seulement 80 millions de dollars pour chaque projet. De plus, en allongeant ses bateaux, Windstar bénéficiera de revenus annuels dépassant les 49,2 millions de dollars.

Par ailleurs, l’entreprise profite de l’ouverture des entrailles des navires pour remplacer sept moteurs obsolètes par quatre nouveaux moteurs Wartsila, répondant aux normes d’émissions plus strictes de l’Organisation maritime internationale. Elle pourra, ainsi, réduire les réparations et l’entretien.

Au cours des cinq dernières années, six étirements ont eu lieu à Palerme, chez le maître constructeur naval italien, Fincantieri Spa, qui a vu la naissance des nouveaux navires de Windstar, de Silversea et de MSC Cruises.

Si « Silversea » a ajouté au Silver Spirit un restaurant, un studio d’aérobic et une pizzéria, le Star Breeze, lui aussi, sera doté d’une nouvelle piscine, d’un centre de remise en forme avec un studio de yoga. Il bénéficiera, également, d’une suite de grand propriétaire de 1374 pieds carrés et trois chambres à coucher. En plus de plusieurs restaurants.

On dirait que les compagnies de croisière ont trouvé une alternative, moins onéreuse et plus rapide, à la construction d’un nouveau navire. On doit s’attendre, dans les quelques années à venir, à voir davantage d’entreprises de ce genre, recourir à l’expansion de leurs bateaux.


Partagez l'article

>