Les épinards se sont toujours invités aux menus sains et équilibrés. Cet aliment est également un grand allié minceur pour sa faible contenance en calories, son effet coupe-faim, brûle-graisse et désaltérant grâce à sa richesse en eau. De plus, c’est un ingrédient qui compose essentiellement diverses préparations culinaires savoureuses.

Publicité
Publicité

L’épinard est également rendu célèbre par la série de dessins animés « Popeye » qui tire sa force extraordinaire en ingurgitant des quantités incroyables de cette plante verte, dont la teneur en fer a longtemps servi à entretenir la légende.

Manifestement, les propriétés bénéfiques énumérées ci-dessus ne sont pas exhaustives. En effet, une récente étude vient de révéler l’impact booster d’énergie d’un élément dans la composition chimique des épinards.

Publicité

Cette étude, publiée par la Freie Universitat Berlin, a démontré la teneur des épinards en ecdystérone, une substance chimique présente, entre autres, dans les légumes à feuilles vertes et laquelle a un effet similaire à celui des stéroïdes.

Dans une recherche publiée dans Archives of Toxicology, des chercheurs ont testé les effets des ecdystéroïdes sur l’homme. Ils ont mené une expérience sur 46 athlètes — dont 6 se sont retirés par la suite — suivant un même programme de musculation et autres exercices physiques. Le programme a duré 10  semaines.

Publicité
Pourquoi les épinards pourraient être interdits pour les athlètes, selon cette étude - sante-et-medecine, nourriture, insolite - Université libre de Berlin, Stéroïde, RTL, Popeye, Pharmacie, nourriture, musculation, Lipide, Fer, épinards, Épinard, énergie, Effet placebo, eau, Dopage (sport), dessin animé, Composition chimique, composé chimique, Combustion, Calorie, Cable News Network, Arte, ARD, Anorexigène, Agence mondiale antidopage
Hbieser/Pixabay

En outre, un nombre d’entre eux a reçu des suppléments contenant de l’ecdystérone, à raison de 200 ou 800 milligrammes par jour, tandis qu’un autre a pris un placebo.

Ceux qui ont pris de l’ecdystérone ont vu leur masse musculaire augmenter de 1,5 et 2 kilogrammes (3,3 et 4,4 livres) suivant la quantité prise, et leurs performances se sont améliorées 3 fois plus rapidement que ceux mis sous placebo.

Publicité

« Notre hypothèse était que nous allions assister à une augmentation des performances, mais nous ne nous attendions pas à ce que cela soit si considérable », a déclaré Maria Parr, de l’Institut de pharmacie de l’Université de Berlin, dans un entretien avec les diffuseurs ARD et ARTE, rapporté par DW.

Publicité

La Doctoresse Parr a ajouté : « Dans notre rapport, nous avons recommandé à l’AMA — l’Agence mondiale antidopage — d’ajouter cette substance à la liste des produits de dopage. Nous pensons que si cela améliore les performances, alors cet avantage injuste devrait être éliminé. »

Par conséquent, les résultats de cette étude ont amené les scientifiques à suggérer que l’ecdystérone devrait être ajoutée à la liste des substances interdites dans le monde du sport, a rapporté RTL, une filiale de CNN.

Publicité

À l’heure actuelle, les agences antidopage ne sont pas autorisées à procéder à des tests impliquant l’ecdystérone, car celle-ci ne figure pas encore sur la liste des substances bannies, selon les déclarations du co-auteur de l’étude, Francesco Botrè, Directeur de l’agence italienne antidopage (FMSI).

Publicité
Publicité

Publicité