Selon certaines études, les femmes peuvent être amenées à accoucher plus tôt que prévu à cause du climat. Cela peut donc mettre en danger la santé ou même la vie des nouveau-nés.

Publicité

Les experts américains qui se sont penchés sur ce sujet affirment, en effet, qu’il existe un lien direct entre les conditions météorologiques et les naissances.

Ils ont découvert que lorsque les températures excèdent les 32 °C, le taux de natalité augmentait de plus de 5 %.

Publicité

Dans certains cas, l’accouchement survient seulement quelques jours avant le terme, mais dans d’autres, les nouveau-nés arrivent deux ou trois semaines avant la date prévue.

Ce qui est mis en cause dans ces accouchements précoces, selon les chercheurs, ce sont les changements hormonaux subis par les femmes enceintes et provoqués par la chaleur.

Les bébés qui naissent de façon prématurée présentent généralement une santé fragile. De plus, leur développement ainsi que leur prise de poids peuvent être très aléatoires.

Publicité

Ces chercheurs affirment que les vagues de chaleur vont s’intensifier dans un futur proche en devenant de plus en plus fréquentes.

Cela signifie que le problème lié aux accouchements précoces risque de s’aggraver au cours des prochaines années.

Entre 1969 et 1988, des chercheurs de l’université de Californie ont réalisé des études poussées sur près de 57 millions de naissances aux États-Unis.

Publicité
Public Domain/Needpix

Ils ont pu constater que les taux de natalité augmentaient de façon significative durant les périodes de forte chaleur (32 °C et plus).

En outre, ils se sont également aperçus que lorsque les températures étaient trop élevées, les grossesses interrompues augmentaient considérablement.

Alan Barreca, le Professeur américain qui a dirigé l’équipe qui a effectué ces études a déclaré qu’aux États-Unis, pas moins de 25 000 naissances par an ont présenté une durée de gestation réduite tout le long de la période d’échantillonnage.

Publicité

En moyenne, les bébés étaient nés 6 jours avant le terme. Dans certains cas, par contre, l’accouchement survenait deux semaines plus tôt.

Notons que l’étude en question a été réalisée il y a plus de 30 ans, ce qui suggère que l’impact du réchauffement climatique sur les naissances pourrait être encore plus important aujourd’hui compte tenu des températures de plus en plus élevées.

Toutefois, le mécanisme expliquant les vraies raisons de ce phénomène n’est pas encore bien connu. Pour mieux le définir, il est important de réaliser des études supplémentaires.

Publicité

Les accouchements prématurés sont très fréquents au Royaume-Uni avec plus de 60 000 bébés par an, selon l’Organisation caritative spécialisée dans l’accouchement Tommy. 

À l’échelle mondiale, les naissances prématurées représentent approximativement 15 millions de bébés, soit 1 bébé sur dix.

Même si la majorité des bébés nés prématurément vivent normalement, il faut prendre au sérieux le risque de complications qui est très élevé aussi bien lors de l’accouchement que durant les semaines qui suivent.

Publicité

En effet, ces bébés peuvent parfois développer des malformations cardiaques ou des problèmes respiratoires. Il est d’ailleurs souvent nécessaire de les mettre en soins intensifs juste après l’accouchement.


Partagez l'article

Publicité
>