Les scientifiques sont toujours à l’affût de nouvelles découvertes qui pourraient les éclairer davantage sur la vie et le comportement encore inexpliqué de certaines espèces animales.

Chaque nouvelle donnée les rapproche un peu plus de la résolution de problèmes qui ont longtemps intrigué les plus chevronnés d’entre eux.

Mais si beaucoup de questions sont toujours sans réponse, l’un des plus grands mystères de la science semble pourtant être bientôt élucidé.

Une découverte étonnante

En effet, les experts viennent peut-être de résoudre l’énigme derrière l’apparence unique de la grenouille de verre. Ils pensent que sa peau transparente, permettant de voir ses organes internes, n’est autre qu’un moyen de camouflage l’aidant à échapper aux prédateurs potentiels, selon les déclarations de Nicolas Davis faites à The Guardian.

Dans ce sens, l’auteur principal de l’article, James Barnett de l’Université McMaster, explique que la grenouille de verre est la seule à posséder une telle qualité, même si celle-ci n’est pas aussi efficace sur terre que sous l’eau.

Il préfère toutefois les qualifier de translucides, compte tenu du fait qu’elle a le dos vert et le ventre en verre pressé contre une feuille.

Se basant sur ce principe, l’équipe de recherche a voulu étudier cette astuce de déguisement tout à fait différente de celle d’autres amphibiens. Les scientifiques ont donc mené trois expériences bien distinctes.

Une tactique assez judicieuse

En premier lieu, Ils ont utilisé 55 photographies de grenouilles de verre prises sur des feuilles vertes et sur fond blanc.

Une analyse informatique leur a d’abord permis d’évaluer la couleur et le contour de l’animal sur chacun des clichés. Selon les résultats, si la couleur verte des grenouilles était en apparence, incontestable, sa luminosité dépendait toujours du papier de fond.

D’un autre côté, les cuisses plus translucides que le reste du corps, les protègent mieux lorsqu’elles sont en position assise en les rendant méconnaissables aux yeux des chasseurs. Cette technique est communément appelée « diffusion de bord ».

En deuxième lieu, 25 personnes ont observé 125 images sur lesquelles elles devaient identifier les grenouilles aussi vite qu’elles le pouvaient. Les chercheurs ont constaté que les motifs de translucidité rendaient la grenouille de verre encore plus difficile à repérer.

Geoff Gallice/Flickr

Pour la phase finale, 360 fausses grenouilles ont été libérées dans la forêt équatorienne pour une durée de trois jours. À la fin de cette période, les grenouilles translucides avaient subi deux fois moins d’attaques d’oiseaux que les autres.

Barnett distingue très nettement la translucidité de la grenouille de verre des autres stratégies de camouflage comme la mise en correspondance d’arrière-plan ou la coloration perturbatrice, même si elle présente des similitudes prononcées avec cette dernière.

Pour sa part, l’expert en couleur et comportement animal, Devi Stuart-Fox, de l’Université de Melbourne, s’est dit fasciné par la diversité des méthodes de camouflage dans la nature, et pense que cette façon de masquer le contour de la proie lui donne une longueur d’avance sur son ennemi qui ne peut ainsi la reconnaître.


Partagez l'article

>