Avez-vous déjà entendu parler de Ganymède ? Il s’agit de la Lune de Jupiter ; la plus grande et la plus massive que notre système solaire n’a jamais connues. Ce qui fait la particularité de cet astre, c’est sa capacité à générer son propre champ magnétique, mais aussi la liquidité extrême de son eau. Et ce n’est pas tout !

Publicité

Ganymède serait dotée de la plus importante structure d’impact de l’univers, selon les scientifiques. En effet, elle se caractérise par des sillons, existant sous forme d’anneaux concentriques, dont le diamètre peut excéder les 7000 kilomètres.

Ces creux, aux bords tranchants et surélevés, ont été longtemps perçus comme le fruit d’impacts survenus à l’époque où la lithosphère de Ganymède était relativement vulnérable. Une nouvelle étude a, cependant, apporté de nouvelles données, qui remettent en question cette hypothèse.

Le planétologue Naoyuki Hirata de la Graduate School of Science de l’Université de Kobe et ses collègues ont mené une recherche sur les images prises depuis un vaisseau spatial. Les résultats ont révélé un parcours géologique assez complexe, marqué par deux types de terrain : un sombre (Dark Terrain) et l’autre clair (Bright Terrain).

Comparaison des tailles de la Terre, de la Lune, et de Ganymède.
CWitte/Wikipedia Commons

Le premier, plus creusé, est plus ancien que le second, qui n’a presque pas de cratère. Après avoir méticuleusement répertorié et cartographié les fissures enregistrées sur le Dark Terrain, les experts ont fait une découverte plutôt étonnante. Les fentes étaient placées de façon concentrée autour d’un même et unique point d’impact, couvrant 7800 kilomètres.

Selon l’équipe, le responsable d’une telle structure ne pouvait être qu’un choc avec un astéroïde de 150 kilomètres de diamètre, à une vitesse approximative de 20 kilomètres par seconde, il y a quelques milliers d’années.

Par ailleurs, la Lune voisine (Callisto de Jupiter) abrite un cratère semblable à celui de Ganymède, Valhalla, et formant des cercles approchant les 3800 kilomètres, apparemment vieux de 2 à 4 milliards d’années.

Les spécialistes s’attendent à trouver une défaillance gravitationnelle sur le lieu de la collision, pour confirmer que les sillons ont bien été le résultat d’un impact géant, comme c’est le cas du Bassin pôle Sud — Aitken sur la Lune. En 2022, l’Agence spatiale européenne prévoit une expédition à bord de la sonde Jupiter Icy Moon Explorer, afin d’élucider le mystère de ces étranges figures.


Partagez l'article

>