La communication ne s’arrête pas à sa forme verbale : le corps aussi est un moyen d’échanger sans pour autant avoir à recourir à la parole, et plus particulièrement les expressions du visage qui restent sans doute le moyen le plus efficace de se faire comprendre.

Publicité

Consciente ou non, la communication non verbale permet ainsi de se libérer de ses émotions, qu’elles soient positives ou au contraire négatives.

Dans cette optique, les scientifiques se sont intéressés à la question de savoir pourquoi les femmes aiment tant rouler leurs yeux lorsque quelque chose les exaspère : si ce geste peut paraître banal aujourd’hui, les raisons qui poussent la gent féminine à user de leurs yeux pour faire passer des messages ne sont pas si anodines que cela…

Publicité

Un moyen subtil, mais efficace de s’exprimer

Si les hommes se mettent plus souvent au premier plan lors d’altercations laissant ainsi leur physique ou leurs mots s’exprimer, les femmes en revanche se veulent généralement nettement plus subtiles, faisant alors passer un message de mécontentement ou de lassitude au moyen d’un roulement d’yeux rapide, mais pas moins efficace.

Ainsi, chez la femme, le roulement d’yeux est décrit comme une forme de provocation indirecte, une « stratégie d’agression à moindre risque » pour reprendre les termes de Tracy Vaillancourt, professeure à l’Université d’Ottawa spécialisée en santé mentale des enfants et prévention à la violence.

Souvent employé pour exprimer un refus d’autorité des adolescents et adolescentes envers leurs parents, le roulement d’yeux est avant tout une expression faciale largement utilisée depuis déjà quelques siècles et est défini par les psychologues évolutionnistes plutôt comme un moyen de survie de la part de la gent féminine : contrairement aux hommes qui étaient plus enclins à littéralement se sacrifier jusqu’à la mort pour la préservation de la famille, les femmes quant à elles étaient davantage animées par la préservation de leur descendance, évitant ainsi tout conflit d’ordre physique.

Publicité

C’est donc sans montrer quelque signe de faiblesse que la femme se défendait, usant alors parfaitement de l’agressivité indirecte comme le roulement d’yeux pour se faire entendre et respecter, notamment par les autres femmes qui étaient perçues comme des rivales, des ennemies à éloigner à tout prix, mais subtilement de leur cercle familial.

NBC Studios.

Une expression faciale à travers le temps, les âges et les sexes

Aussi, surprenant cela, puisse paraître, il faut savoir que le roulement d’yeux n’est pas un type d’agression passive nouveau, n’a pas toujours été synonyme d’agacement et n’est pas utilisé de la même manière selon le sexe de l’agresseur et de l’agressé.

Ainsi, à la fin du XVIe siècle, on peut lire dans le poème « Le viol de Lucrèce » de William Shakespeare combien le fait de rouler des yeux reflétait davantage le désir du sexe opposé qu’un signe d’énervement et d’exaspération.

Publicité

De même, entre le XVIIIe et XIXe siècle, le roulement d’yeux était synonyme de flirt, marquant le jeu de séduction, largement décrit en littérature par des auteurs comme Joseph William Jenks dans son ouvrage The Rural Poetry of the English Language ou encore Isaac Watts au travers de son recueil de poésie Horæ Lyricæ.

Cependant, le roulement d’yeux entre femmes uniquement revêt une forme complètement différente si bien qu’il s’agit avant tout d’une forme de compétition intrasexuelle, un moyen efficace d’agresser en silence sa rivale (agression indirecte) tout en minimisant le risque physique qui découle d’une agression directe tel que l’explique Tracy Vaillancourt dans son étude « Les femmes humaines utilisent-elles l’agression indirecte comme stratégie de compétition intrasexuelle ? » ?

Enfin, Kaj Björkqvist, professeur finlandais au département des sciences sociales à l’Université Åbo Akademi déclare ainsi qu’il est faux de prétendre que les hommes sont plus agressifs que les femmes de manière générale, expliquant qu’en réalité, seule la forme d’agression change et que celle largement utilisée par les femmes, dont le roulement d’yeux, est moins flagrante, plus fine et plus habile.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>