Le végétarisme et le végétalisme ont gagné en popularité depuis plusieurs années, si bien que des millions de personnes adoptent désormais ces modes de vie. Mais en dehors des effets que cela peut avoir sur le corps, qu’en est-il de la personnalité ?

Publicité

Une étude récente révèle que les végétariens et végétaliens sont plus susceptibles d’être introvertis par rapport aux consommateurs de viande.

La raison pour laquelle les chercheurs pensent que les végétariens socialisent assez peu se résume au fait qu’ils ne sortent que rarement manger en groupe, ou ne sont pas souvent invités en raison de leur régime alimentaire. En Allemagne, plus de 6,1 millions d’individus déclarent adopter un mode de vie sans viande.

Dans le cadre d’une étude, la neurologue Evelyn Medawar de l’Institut Max Planck des sciences cognitives et cérébrales humaines à Leipzig et son équipe, a interrogé près de 9000 personnes. Le questionnaire portait sur leurs habitudes alimentaires durant les 12 derniers mois, leur indice de masse corporelle, ainsi que leur personnalité.

Grâce à des tests et des indicateurs, des spécialistes ont pu évaluer certains aspects du caractère tels que l’extraversion, la dépression et ses degrés. Ils ont alors constaté que les individus mangeurs de viande trouvaient plus de facilité à extérioriser leurs idées, et à socialiser, comparativement au reste.

Public Domain/Pikist

D’après Veronica Witte, rédactrice en chef et neurologue à l’institut, ces résultats s’expliquent par le fait que les végétariens ont le plus souvent des habitudes restrictives, ce qui a tendance à favoriser leur isolement.

Les chercheurs ont également observé une certaine nervosité ainsi que des humeurs dépressives plus fréquentes chez ces mêmes personnes. Toutefois, aucun lien n’a été établi avec le régime alimentaire d’origine végétale.

Des études antérieures ont montré que les sujets nerveux avaient tendance à se priver de certains aliments. Les scientifiques se sont particulièrement concentrés sur les nutriments d’origine animale, mais n’ont pas pu établir de corrélation évidente.

Il est alors probable que d’autres facteurs soient impliqués dans ces résultats, des traits de personnalités associés à la dépression par exemple, ou encore l’indice de masse corporelle.

Publicité

Bien que les statistiques révèlent que les végétariens sont majoritairement introvertis, l’étude présente de nombreuses limites. En effet, le Dr Witte affirme qu’aujourd’hui, les gens qui se nourrissent uniquement du monde végétal s’intègrent plutôt bien dans la société, et n’ont aucun problème de ségrégation.


Partagez l'article

>