Nous vivons dans un Univers plein de mystères et son immensité n’a d’égal que sa beauté. Les scientifiques font, chaque jour, de nouvelles découvertes aussi surprenantes les unes que les autres.

Publicité

Il est vrai que l’espace regorge de phénomènes incroyables dont la présence et l’origine restent inexpliquées malgré les progrès et les efforts considérables des experts dans ce domaine.

Repéré en octobre 2017, Oumuamua est l’un de ces étranges visiteurs de notre système solaire, dont l’histoire pourrait se révéler très violente. En effet, une nouvelle étude suggère qu’il s’agit probablement d’un fragment résultant du déchirement d’un autre corps plus grand par les forces gravitationnelles.

L’auteure principale Yun Zhang, des Observatoires astronomiques nationaux de l’Académie chinoise des sciences, explique que cette hypothèse implique l’existence d’autres objets interstellaires semblables à des astéroïdes. Elle affirme, d’un commun accord avec son collègue Douglas Lin, astronome à l’Université de Californie, que c’est ce qui donne à Oumuamua son caractère si étonnant.

D’abord, sa forme laisse les experts assez perplexes, d’autant plus qu’ils n’avaient jamais vu un corps cosmique aplati et allongé comme un cigare spatial.

Oumuamua
Illustration d’Oumuamua/ESA

Ensuite, son accélération non gravitationnelle ne peut être expliquée que par un dégazage cométaire. Or, Oumuamua n’en a montré aucun signe : pas de queue visible ni d’enveloppe nébuleuse entourant son noyau. Et bien que beaucoup le prenaient pour une comète, tout semble indiquer le contraire.

Avi Loeb, Chef du département d’astronomie de l’Université de Harvard, fait partie des scientifiques qui soutiennent l’idée que cela pourrait être un vaisseau spatial extraterrestre.

Cependant, les récentes recherches proposent un scénario tout à fait naturel. Après une analyse de la manière dont les objets sont affectés par le survol de leurs étoiles mères, Zhang et Lin ont constaté qu’un tel rapprochement était capable de provoquer des déchirures en fragments allongés, qui seront, plus tard, éjectés dans l’espace interstellaire.

Bien entendu, une croûte se forme à la surface de ces éclats, à cause du réchauffement extrême pendant le survol puis du refroidissement qui s’en suit. C’est pourquoi ils réussissent à garder leur apparence initiale.

Publicité

Par ailleurs, la couleur rougeâtre d’Oumuamua et l’absence d’une enveloppe nébuleuse visible sont le résultat de la chaleur diffusée pendant le processus de perturbation des marées astrales.

Quoi qu’il en soit, un autre intrus, nommé « comète Borisov » a été détecté en août 2019. D’après Lin, la mise en ligne de l’Observatoire Vera C. Rubin, dans les montagnes du Chili, devrait permettre aux spécialistes de déceler beaucoup plus d’objets de ce genre.

Il serait certainement très intéressant d’examiner davantage les choses pour essayer d’élucider le mystère Oumuamua. Il serait même envisageable d’envoyer une sonde à sa rencontre.

Pour sa part, Matthew Knight, de l’Académie navale américaine, espère voir exposer d’autres corps du même type dans les années à suivre. Il se dit que cela accréditerait sans doute les processus décrits dans cette étude.


Partagez l'article

>