Les transformations sociales ont laissé apparaître de nouveaux concepts de relations de couple dont l’union repose sur des fondements inhabituels.

Publicité

Selon les scientifiques, une relation atypique peut fonctionner grâce à un bon mélange d’ouverture d’esprit, de respect et de communication.

Après de nombreuses études réalisées sur le sujet, des chercheurs de l’Université de Rochester ont essayé de déterminer les dynamiques qui contribuent à la réussite de ce type de relation amoureuse et ont constaté qu’il n’existe pas de solution universelle.

Publicité

Par contre, certaines conditions améliorent le succès des relations atypiques. Ils ont surnommé ces caractéristiques « le modèle triple C » pour consentement mutuel, communication et confort. 

En effet, les couples qui ont une ouverture d’esprit, qui communiquent sans spontanément leurs intentions et qui se sentent à l’aise dans leurs relations, sont plus susceptibles de réussir.

Ronald Rogge, auteur de l’étude, a déclaré : « Nous savons que la communication est utile à tous les couples. Toutefois, elle est d’autant plus primordiale pour les couples atypiques, car ils doivent relever les défis supplémentaires que représente le maintien d’une telle relation. »

Publicité
Unsplash

L’étude est basée sur les réponses au questionnaire en ligne de plus de 1600 participantes dont la tranche d’âge varie entre 20 et 30 ans, en relation depuis 4,5 ans en moyenne. 

Suite auquel, les participantes ont été divisées en cinq catégories distinctes.

Les groupes classiques ont démontré des niveaux élevés de relationnel et de fonctionnement individuel, tandis que les groupes atypiques et partiellement atypiques ont démontré un fonctionnement inférieur.

Publicité

Autrement dit, les deux groupes classiques avaient en grande partie des relations saines ainsi que les niveaux les plus bas de solitude et de détresse psychologique alors que, les deux derniers groupes avaient les niveaux les plus élevés d’inconfort et d’attachement émotionnel, de détresse et de solitude.

Les auteurs de la recherche soulignent toutefois que l’enquête est de nature prospective et qu’elle demeure incomplète.

Publicité

Partagez l'article

>