Plusieurs pays ont déclaré l’état d’urgence et imposé le confinement total comme dernier recours pour maîtriser la progression du coronavirus. Les scientifiques travaillent sans cesse afin de contenir la crise sanitaire et économique qui a secoué le monde entier.

Publicité

Si les origines de l’infection et ses symptômes ne sont plus un mystère pour le corps médical, de nouvelles données viennent, encore une fois, nous apprendre que nous sommes loin de tout savoir sur cette maladie…

Le danger du surpoids

Selon les conclusions de l’ICNARC, l’obésité favorise l’apparition de graves complications liées au COVID-19. Ces déclarations viennent à la suite d’une étude approfondie des patients admis dans les unités de soins intensifs au Royaume-Uni.

Le bilan est d’autant plus préoccupant que la majorité des adultes du pays sont concernés par ce diagnostic.

En effet, il a été clairement établi que le système immunitaire des personnes en surpoids — qui utilise toute son énergie pour réparer les dommages des cellules infectées — se retrouve à court de ressources pour se défendre contre le virus.

Par ailleurs, ceux-ci souffrent souvent d’affections pulmonaires, ce qui cause donc des difficultés respiratoires supplémentaires.

Le manque d’exercice pourrait, de surcroît, empirer la situation, car l’activité physique permet de renforcer les défenses naturelles de l’organisme.

Dans ce sens, la Docteure Aubree Gordon de l’Université du Michigan affirme que le surpoids peut non seulement aggraver la maladie, mais en plus agir sur sa transmission.

Elle explique cela par la modification de la réponse immunitaire du corps qui offre au virus un milieu propice à sa survie.

surpoids coronavirus
Répartition des cas positifs au Covid-19 selon leur IMC (ICNARC)/@OhChouette

Le Royaume-Uni face à l’imprudence de son peuple

Malheureusement, les Britanniques ne font qu’empirer les choses en ne se conformant pas aux restrictions du gouvernement et en organisant des rassemblements, comme ce fut le cas pour la fête des Mères.

Après les 281 morts sur les 5 600 cas confirmés, le Premier ministre Boris Johnson passe au stade supérieur et annonce des dispositions beaucoup plus sévères pour « convaincre » les personnes qui ne se pliaient pas aux règles, quitte à faire appel aux forces de l’ordre.

Lors de sa conférence quotidienne, Johnson a exhorté les citoyens à réfléchir aux conséquences de leur irresponsabilité.

Il a rappelé qu’un rien les séparait du drame que vit l’Italie, qui a déjà enterré plus de 4 000 victimes depuis le début de l’épidémie.

Citoyens anglais lors du confinement/BNPS

Il a affirmé qu’il envisageait également d’instaurer une amende pour quiconque quitterait son domicile sans justification, à l’image des pays voisins touchés par le COVID-19.

Pour sa part, le Secrétaire aux communautés Robert Jenrick n’a pas manqué de souligner que les gens étaient complètement inconscients de minimiser le danger qu’ils encouraient.

Jusque là, la sensibilisation était le seul moyen pour amener les plus rebelles à respecter l’isolement. Aujourd’hui, hélas, les autorités se voient obligées de monter d’un ton et employer la force.


Partagez l'article

>