Depuis l’apparition du COVID-19, l’Humanité s’est unie pour faire face à la pandémie. Allant des médecins jusqu’aux experts en statistiques, tous joignent leurs forces afin d’éradiquer le virus.

Publicité

En se penchant sur les chiffres, les spécialistes ont remarqué un détail assez intrigant : le groupe sanguin. Il se trouve que les personnes du groupe A seraient plus exposées à la contamination. 

La raison pour cela reste inconnue par les chercheurs, mais les données sont claires et les scientifiques s’affairent à obtenir une explication à ce phénomène.

Publicité

S’ils découvrent le facteur qui immuniserait partiellement les porteurs des autres groupes, ce serait là un potentiel pas vers la cure. L’étude a été effectuée à Wuhan, épicentre de la pandémie, sur 206 personnes décédées suite à la contamination.

La répartition des groupes sanguins des sujets ayant succombé au virus a été faite. Résultat : 85 (41 %) seraient en effet du groupe A, contre 52 (25 %) seulement du groupe O, soit un quart du total des cas morts.

Pour une meilleure couverture des chiffres, l’analyse s’est étalée sur l’ensemble des individus malades. Encore une fois, le groupe A est majoritaire avec un équivalent de 38 % des infections, alors que le O n’en a fait que 26 %.

Publicité
groupe sanguin
Infections selon le groupe sanguin/OhChouette

Il est à noter également que le pourcentage de population entière de la ville (11 millions) portant le groupe O dans leurs veines est de 34 % contre 32 pour le A. Ce qui constitue la particularité de chaque groupe est la présence ou l’absence de certaines protéines appelées antigènes dans le sang.

Cette variable est prise en considération par le collectif de recherche qui essaye d’établir un lien, pas forcément évident, entre le groupe sanguin et la propicité à attraper la maladie.

En effet, le virus s’attaque aux cellules des poumons, et ne touche en principe pas aux globules rouges, explique le Professeur Robin C May de l’École des Biosciences de Birmingham.

Publicité

Pour l’instant, ce facteur est tenu en compte par l’équipe de santé, isolant plus ou moins le corps médical selon le groupe sanguin afin d’éviter l’exposition de personnes dites à risque au COVID-19. 

Cependant, renchérit May, ce paramètre n’est pas une fatalité. Il est inutile de paniquer si l’on est de ce groupe et déconseillé de baisser la garde si l’on fait partie du O.

L’idéal serait alors de suivre les mesures de sécurité et faire en sorte de limiter au maximum le contact avec autrui, quel que soit le groupe auquel nous appartenons. 

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>