Les chats ou chiens seraient le meilleur traitement contre la dépression


On se réjouit de leur présence, ils nous amusent, nous donnent de l’affection, mais ça ne serait pas tout : les effets qu’ils ont sur notre santé mentale sont déjà bien établis, ce qui explique que de nombreuses organisations ont recours aux animaux de compagnie pour soulager les personnes souffrant d’états de stress post-traumatique ou d’anxiété majeure.

En effet, il se pourrait que votre petite boule de poils adorée soit le meilleur thérapeute dont vous puissiez rêver.

Des compagnons contre la dépression

Une récente étude dirigée par deux psychiatres portugais a démontré que la compagnie d’un chat ou d’un chien pouvait atténuer les symptômes des dépressions réfractaires et résistantes aux traitements conventionnels.

Décrite dans « The Journal of Psychiatric Research », l’étude en question avait pour but de noter les effets qu’ont les animaux sur 33 patients présentant des troubles dépressifs majeurs résistants aux traitements et ne possédant pas d’animal de compagnie.

À leur plus grande surprise, les chercheurs constatèrent une nette régression des symptômes majeurs de la dépression chez ces patients et cela au bout de 12 semaines seulement. Plus incroyable encore, un tiers des malades ne souffraient plus de la maladie.

Des résultats d’autant plus surprenants que le reste des patients, qui n’avaient pas bénéficié de la compagnie d’un animal, étaient dans un état stationnaire et ne montraient aucune tendance à la guérison.

Les chats ou chiens seraient le meilleur traitement contre la dépression - sante-et-medecine, psychologie, animaux - Trouble de stress post-traumatique, Traitement (médecine), Symptôme, Santé mentale, psychologie, psychiatrie, prévention, pathologies, mode de vie, maladie, expérience, Dépression (psychiatrie), Compagnons, Compagnie, chien, Chat, changements, anxiété, Antidépresseur, Animal de compagnie, amis, affection, Activité physique
Dianne Hope, Pexel

Les personnes choisies pour l’étude figuraient parmi les 80 patients d’une clinique psychiatrique, pour la plupart sous traitement antidépresseur depuis au moins 9 mois et recevant multiples séances de thérapie, mais n’ayant montré aucune amélioration.

Le Docteur Mota Pereira et le Docteur Fonte avaient recommandé aux patients d’adopter un animal sans en préciser la raison, afin de ne pas influencer les résultats de l’expérience.

Un questionnaire avait été préalablement posé aux participants : 33 patients avaient répondu oui à cette proposition, 18 avaient décidé d’adopter un chien, 7 avaient opté pour un chat et 7 pour deux chiens. Parmi les 47 patients ayant répondu non, 33 ont été choisis pour servir de témoins afin de comparer les résultats.

Pendant les 12 semaines suivantes, les patients ont continué à prendre leur traitement et à suivre leurs séances de thérapie. Au bout de 4 semaines, une régression des symptômes se faisait déjà sentir chez les personnes du 1er groupe.

Un mystère encore mal élucidé

Les chats ou chiens seraient le meilleur traitement contre la dépression - sante-et-medecine, psychologie, animaux - Trouble de stress post-traumatique, Traitement (médecine), Symptôme, Santé mentale, psychologie, psychiatrie, prévention, pathologies, mode de vie, maladie, expérience, Dépression (psychiatrie), Compagnons, Compagnie, chien, Chat, changements, anxiété, Antidépresseur, Animal de compagnie, amis, affection, Activité physique
Gloriak2700, Pixabay

Il n’y a pas encore d’explications claires en ce qui concerne ces résultats, les chercheurs pensent que l’une des raisons qui pourrait les justifier est que les animaux de compagnie seraient capables de redonner goût à la vie en luttant contre l’un des symptômes principaux de la dépression : l’anhédonie.

L’anhédonie est l’incapacité à ressentir les émotions positives, mais c’est aussi l’inaptitude du malade à éprouver du plaisir au cours des activités qu’il percevait préalablement comme agréables : les interactions sociales, les loisirs, l’exercice… etc.

Les animaux de compagnie sont donc là pour nous aider à surmonter les épisodes de mélancolie, mais si on était amenés à choisir un petit compagnon poilu, les chiens seraient encore plus bénéfiques pour les personnes souffrant de dépression, du fait qu’ils offrent l’avantage supplémentaire d’obliger leur maitre à sortir et boostent donc activité physique et vie sociale.