Ce n’est plus un secret pour personne, avoir un chat présente de nombreux avantages pour notre santé tant sur le plan moral que physique.

Publicité

Ceci dit, de récentes recherches affirment que les athées sont plus enclins à en détenir un que les personnes religieuses. 

Pour expliquer cela, le Professeur et Chercheur Samuel Perry à l’université d’Oklahoma, a dirigé une étude parue dans le Scientific Study of Religion et portant sur plus de 2000 individus.

Publicité

Il est parti de l’hypothèse selon laquelle ce qui est attendu par les gens dans la religion était identique à ce qui est recherché dans l’interaction avec les animaux de compagnie. 

D’après ces études, les croyants qui fréquentent un lieu de culte plus d’une fois par semaine possèdent 1,4 chat en moyenne. Les non-religieux, quant à eux, en ont plutôt deux. 

Samuel Perry explique dans le Times que les félins sont affectionnés pour leur agréable compagnie et pour l’amour et la tendresse qu’ils procurent à leurs maîtres. 

Publicité
Kevin Dooley / Flickr

Il va plus loin en affirmant que quelque part, les animaux domestiques et plus particulièrement les chats, représentent une sorte de substitut aux rapports sociaux humains. 

Les personnes profondément croyantes et intimement liées à leur religion disposent déjà d’assez d’interactions, c’est pourquoi elles n’éprouvent pas souvent le besoin de posséder un félidé selon le Professeur Perry. 

Pour l’écrivain et journaliste Christopher Hitchens, c’est le côté « divin » des chats qui les rend plus appréciés par les athées que par les croyants.

Publicité

Il déclare que ceux-ci se prennent pour des dieux lorsqu’ils sont nourris par l’homme, contrairement aux chiens qui considèrent leurs maîtres comme des seigneurs dès lors qu’ils leur donnent à manger !

Notons que les chats furent très estimés à l’époque de l’Égypte ancienne. Une des plus grandes divinités du panthéon égyptien, à savoir la déesse Bastet, fut régulièrement représentée par une femme avec une tête de chat. C’est sans doute de là qu’est né ce symbole de muse que l’on attribue à ces félins.

Publicité

Partagez l'article

Publicité
>